Irrésistible Allemagne !

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Vincent BREGEVIN|Ecrit pour TF1|2010-07-04T15:30:02.000Z, mis à jour 2010-07-04T15:30:02.000Z

Comme en 2006, l'Allemagne a stoppé l'Argentine en quart de finale. Mais, cette fois, elle a littéralement puni l'Albiceleste au Cap (4-0). Miroslav Klose a inscrit ses 13e et 14e buts en Coupe du monde. Impressionnante, la Nationalmannschaft se frottera en demie au vainqueur de Paraguay-Espagne.

ARGENTINE - ALLEMAGNE : 0-4
But : Müller (3e), Klose (68e, 89e), Friedrich (74e)


On s'attendait à tout, sauf à ça. Allemagne-Argentine avait tout d'une finale avant la lettre de la Coupe du monde 2010, rien d'une humiliation annoncée pour la formation de Diego Maradona. Mais la réalité est terrible pour les Argentins. Battus 4-0, ils ont concédé leur revers le plus large en Coupe du monde depuis 1974. Demain, le pays se lèvera avec une gueule de bois comparable à celle qui attendait le Brésil ce matin. La Mannschaft n'a pas les mêmes problèmes. Après avoir passé quatre buts aux Anglais, les hommes de Löw en ont fait de même face aux Sud-Américains. Deux prétendants au titre balayés par le collectif allemand et une recette implacable : une entame de match parfaite et des contres assassins en deuxième période. L'Argentine n'a pas digéré, et devra encore attendre pour connaitre une demi-finale de Coupe du monde qui lui échappe désormais depuis vingt ans.


Maradona a sans doute vu le coup venir. Comme un clin d'oeil du destin, c'est Thomas Müller qui lui a planté la première banderille. Ce jeune joueur de 21 ans qu'il avait pris pour un ramasseur de balle quand l'Argentine avait rendu visite à l'Allemagne à Munich il y a quatre mois, lors d'un match amical remporté par les Argentins (0-1)... "Je vais faire en sorte que, cette fois, il se souvienne de moi", avait lancé Müller en conférence de presse mercredi. Dans le mille ! Dès la 3e minute, il a donné l'avantage aux Allemands en reprenant de la tête un coup franc de Schweinsteiger. Juste avant la pause, il a failli doubler la mise mais son pointu a été dévié en corner. Partie remise. En deuxième mi-temps, le Bavarois a arraché un ballon dans les pieds de Demichelis pour lancer instantanément Podolski. A la réception du centre du joueur de Cologne, Klose a mis l'Argentine à terre (2-0, 68e). Oui, Maradona n'oubliera plus Müller. Pas plus que les Allemands n'oublieront ce carton jaune sévère reçu par son petit prodige, qui le privera de la demi-finale. Le seul point noir de cet après-midi euphorique.


Messi passe à côté


Le reste s'apparente à un rêve éveillé. Et un cauchemar pour l'Argentine. Il a fallu attendre plus de vingt minutes pour voir une occasion digne de ce nom de l'Albiceleste, une demi-heure pour assister à un tir cadré... Les Argentins se sont créés quelques opportunités par la suite, notamment par Higuain ou Di Maria, mais sans jamais vraiment inquiéter un très bon Neuer. La formation de Maradona a trop souvent donné l'impression d'être divisée en deux, entre le désir d'égaliser et la crainte des contres allemands. Dans ce contexte, Messi n'a jamais pu s'exprimer pleinement, redescendant trop bas pour aller chercher les ballons ou les attendant vainement en attaque. On attendait de cette Coupe du monde qu'elle consacre le génie du Barça, ce ne sera pas le cas.


La formation de Löw a eu le mérite de résister à l'orage sud-américain dans le premier quart d'heure de la seconde mi-temps. Après le but de Klose, le double champion du monde a craqué. Schweinsteiger n'a eu que trop de facilité pour passer en revue toute la défense argentine avant de servir Friedrich face au but vide (3-0, 74e). Et Klose s'est retrouvé bien seul pour reprendre victorieusement un centre venu de la gauche et parachever le succès des siens (4-0, 88e). Avec 14 buts, le buteur allemand, âgé de 32 ans, rejoint Gerd Müller dans l’histoire des buteurs de la compétition et ne pointe plus qu'à une longueur de Ronaldo. Mais l'essentiel est ailleurs. Si elle peut s'appuyer sur son buteur expérimenté, c'est bien grâce à sa jeune génération que la Mannschaft fait figure de favorite dans cette épreuve. Au prochain tour, elle tentera de le confirmer face au Paraguay ou à l'Espagne.