Italie : le cauchemar continue pour l'Inter Milan !

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-09-21T10:03:00.000Z, mis à jour 2011-09-21T10:11:58.000Z

Après une défaite à Palerme (3-4) et un match nul concédé face à l'AS Rome (0-0), l'Inter Milan se déplaçait chez le promu Novara. Une nouvelle défaite (3-1) pourrait condamner Gianpiero Gasperini.

A l'été 2010, l'Inter voyait la vie en rose. Champion d'Europe en titre, quintuple champion d'Italie en titre, vainqueur de la Coupe d'Italie. A peine plus d'un an plus tard, le bilan est tout autre : l'ennemi du Milan AC est champion sortant, et l'Inter potentiel dernier de Serie A.

Mardi soir en match avancé de la 4ème journée de Serie A (la 1ère ayant été annulée par une grève), l'Inter Milan jouait à Novara, et l'entraineur Gianpiero Gasperini y jouait déjà sa tête. Et contre le promu, l'Inter a sombré : mené 1-0 dès la 37ème minute, l'expulsion de Ranocchia à la 85ème a ensuite précipité les choses. Novara a marqué 2 nouveaux buts (86ème et 90ème), Cambiasso sauvant l'honneur entretemps. Friable en défense, brouillon en attaque, l'Inter Milan a montré un visage bien pâle...

A l'issue du match et au micro de Sky Sport, le mister a jugé son équipe : « Nous avons fait un très mauvais match. Mais je crois à mon travail, qui m'a donné beaucoup de satisfaction avant, c'est une épreuve très difficile, mais je dois en sortir plus fort et la résoudre ». Un accent sur le « je » qui traduit son inquiétude pour son poste. Il ne s'estime pas seul responsable : « Il nous faut être plus humbles (...)ce soir c'est évident, ça n'a pas marché, et cela va au-delà des schémas ou de la tactique ».

En 5 matches cette saison, l'Inter a perdu 4 fois, et il pourrait être dernierdu championnat ce mercredi soir. Gasperini a montré au Genoa que c'était un bon technicien, même si la greffe de son original 3-4-3 ne prend pas à l'Inter. Paie-t-il aussi auprès du vestiaire sa position de « 2nd choix » ? On sait que Massimo Moratti avait dans l'idée de nommer Bielsa, Ancelotti ou Villas-Boas... Lequel estime, lorsque on lui demande si l'entraîneur a l'équipe en main: « Il ne me semble pas vraiment, non, mais laissons passer la soirée».

La situation de l'Inter Milan est aujourd'hui bien inquiétante pour tout le peuple nerazzuro. Les coéquipiers de Sneijder, Zarate, Lucio ou Cambiasso doivent rebondir, sans quoi leur coach sera alors définitivement condamné..