Italie : la Juventus vole, l'AS Rome et l'Inter chutent

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-09-12T13:59:00.000Z, mis à jour 2011-09-12T14:04:30.000Z

Le coup d'envoi de la Serie A a livré un verdict contrasté pour les cadors du football italien. La Juventus Turin a signé une belle victoire, tandis que l'AS Rome et l'Inter Milan ont chuté d'entrée.

On a beaucoup parlé cet été du déclin de la Serie A, dépouillée de certains de ses meilleurs joueurs (Samuel Eto'o , Javier Pastore, Alexis Sanchez). Après une 1ère journée annulée par une grève, la 2nde journée inaugurale a donné de premiers enseignements.

Face à Parme dimanche après-midi, les bianconeri n'ont pas déçu les 40 000 supporters venus garnir la nouvelle enceinte : une victoire 4-1, du jeu et un bonheur partagé. La Juve attaque cette saison avec de l'ambition, après avoir investi 86M€ sur le marché des transferts (plus que le PSG, moins que Manchester City) et changé d'entraineur (Antonio Conte est arrivé). Avec un grand Andrea Pirlo, la vieille dame voudra vite retrouver l'Europe. Une question de prestige.

L'autre grand club Italien en reconstruction, et accessoirement rival historique de la Juventus, c'est l'AS Rome, qui a confié les rênes à Luis Enrique, successeur annoncé de Guardiola à Barcelone. Mais après une piteuse élimination en Ligue Europa face à Bratislava, les giallorossi ont été défaits, à domicile, par Cagliari, 2-1. Luis Enrique avait pourtant aligné le capitaine emblématique, Francesco Totti, et 6 recrues : Sketelenburg, José Angel, Heinze, Pjanic, Bojan et Osvaldo...

L'Inter de Milan, dauphin du le Milan AC la saison dernière, entamait lui la saison à Palerme, dans un match qui avait tout du piège. Et si Palerme a perdu Javier Pastore, il peut encore s'appuyer sur de grands talents comme Miccoli ou Illicic. A l'issue d'un match palpitant, ce sont les siciliens qui ont pris le meilleur sur les nerrazzuro, 4-3, avec un 4ème but magistral de Pinilla. Le doublé de Diego Milito, de retour à son meilleur niveau, ou la réduction du score tardive du nouveau, Diego Forlan, n'y feront rien.

Le calcio ne semble finalement pas si mort que ça. Il dispose même d'une foule d'équipes prêtes à se mêler à la course pour le titre : Milan AC, Inter, Juventus, As Rome, Naples ou Lazio...