Dans l'actualité récente

Jabulani, ballon gonflant

Voir le site Téléfoot

Jabulani, ballon gonflant
Par Philippe DA COSTA|Ecrit pour TF1|2010-06-04T13:32:04.000Z, mis à jour 2010-06-04T13:32:04.000Z

Le ballon flottant et aux trajectoires incertaines du Mondial, Jabulani, a trouvé son premier fan en la personne de Frank Lampard. L'Anglais est bien le seul car depuis plusieurs semaines, il est l'objet de nombreuses critiques de la part des gardiens et des entraîneurs. Adidas s'est défendu.

C'est une tradition. A chaque Coupe du monde, la mascotte est qualifiée de ringarde et le ballon, de trop flottant. Une critique à laquelle n'a pas échappé Jabulani, ballon officiel en Afrique du Sud dont le nom est inspiré du zoulou "célébrer", "faire la fête". En attendant le coup d'envoi de la compétition, c'est plutôt la sienne, de fête. "Ballon de supermarché", "ballon de plage", balle de ping-pong", Jabulani serait donc tout sauf un ballon de football selon ses détracteurs, en grande majorité les gardiens qui craignent ses trajectoires flottantes et imprévisibles.


C'est le Brésilien Julio César qui a lancé le premier ballon dans la mare. "C'est une horreur. Il flotte et change de direction en permanence". Rapidement, le soutien des confrères est arrivé. "C'est dommage qu'un événement aussi important que la Coupe du monde doive se jouer avec un ballon si nul", a reconnu l'Espagnol Iker Casillas."Il a été fait pour compliquer la vie des gardiens, pour qu'ils commettent d'avantage d'erreurs et qu'il y ait davantage de buts, avance le Chilien Claudio Bravo. Même les anciens, comme l'Anglais Gordon Banks, sont montés au créneau. "Il est trop léger, il bouge un peu partout dans les airs, en haut et en bas, latéralement aussi. Il ne donne aucune chance au gardien".


"Les scientifiques ont inventé la bombe atomique. Ça ne veut pas dire qu'il était nécessaire de l'utiliser"


Mais qu'a-t-il donc de spécial, ce Jabulani? Sur le site d'Adidas, concepteur du ballon de la Coupe du monde depuis 40 ans, on apprend que c'est le premier ballon "composé de huit panneaux soudés thermiquement, parfaitement sphériques" qui en font "le ballon le plus rond possible". Il est également plus léger que les précédents et offre une moins grande résistance à l'air. "Il est possible que cela affecte les gardiens, reconnait d'ailleurs son inventeur Andy Harland sur Sky Sports News. Le ballon va assurément aller plus vite dans les airs. Il faudrait préciser que peu importe quel ballon on utilise, l'altitude va affecter sa trajectoire."


La FIFA est également venue à la rescousse d'Adidas cette semaine par l'intermédiaire de son secrétaire général, Jérôme Valcke, répondant ainsi à de nouvelles critiques du sélectionneur brésilien Dunga. "Ça fait des mois maintenant que le ballon a été mis sur le marché. Le Brésil parle-t-il ainsi parce qu'il a peur de ne pas réussir?" Il convient en effet de rappeler que Jabulani n'a pas été mis en circulation du jour au lendemain. Il a été utilisé en Bundesliga dès décembre, "maquillé" pour ne pas influencer les joueurs, et à l'occasion de la Coupe de France. "Nous l'avons distribué à toutes les sélections pour qu'elles s'y habituent, ajoute de son côté Thomas Van Schaik, porte-parole d'Adidas. Mais on dirait qu'elles n'en ont pas profité."


A J-7, il faut de toute façon faire avec. Même si, comme le souligne le gardien américain Marcus Hahnemann dans une phrase un peu malheureuse, ce n'est pas parce que "les scientifiques ont inventé la bombe atomique qu'il était nécessaire de l'utiliser". Reste alors à voir le bon côté des choses comme l'Anglais Frank Lampard qui estime pouvoir "marquer de n'importe où sur le terrain ou presque" avec ce ballon. Ou suivre la proposition de Patrice Evra qui suggérait dimanche dernier dans Téléfoot que "chaque joueur passe la nuit avec pour s'y habituer". Des déclarations que tout le monde, joueurs et (télé)spectateurs compris, auront oublié, au premier décrochage de toile d'araignée en lucarne.