José Anigo : "L'OM, c'est ma maîtresse"

Voir le site Téléfoot

error
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2014-05-11T10:12:00.000Z, mis à jour 2014-05-11T11:50:54.000Z

Alors qu'il va céder sa place d'entraîneur de l'OM à Marcelo Bielsa, José Anigo a accordé un entretien à Téléfoot pour expliquer les raisons de son départ. Confession d'un homme blessé.

Sans langue de bois, José Anigo, le coach olympien, dit tout sur sa relation avec Marseille, sa mauvaise réputation et les drames qui ont frappé sa vie familiale. Entretien à cœur ouvert.

Les raisons de son départ
A la fin de la saison, José Anigo va quitter son poste d'entraîneur pour devenir recruteur du club au Maghreb.Mais personne le ne pensait capable de quitter l'OM, à l'image de sa femme : « Au départ, ma femme pensait que c'était une blague. »
Il reconnait que c'est la disparition de son fils qui a été « l'élément déclencheur » : « J'ai eu le sentiment que notre famille allait imploser. Et la famille c'est plus important que le foot. Le foot, c'est juste un métier. »

Après la mort de son fils, des vandales ont tagué les murs du centre d'entraînement de l'OM. Pour Anigo, « C'est une forme de lâcheté et ça m'a conforté dans l'idée de respirer ailleurs. »

Son bilan avec l'OM et l'arrivée de Bielsa
Quand on l'interroge sur son bilan avec l'OM, José Anigo pense que les « supporters oublient l'histoire » : « J'ai passé vingt-cinq ans ici, on n'est pas obligé de m'aimer, mais le minimum, c'est d'être respecté ». Il revient aussi sur sa relation avec Valbuena qui « dépasse le cadre du foot » : « Mathieu, c'est ma plus belle réussite dans le football. »

Quant à sa réputation sulfureuse, il explique que c'est un « fantasme marseillais » : « S'il y avait eu quelque chose de négatif ou d'illégal, je ne serais pas là pour vous parler. »

Concernant l'arrivée de Bielsa, Anigo affirme qu'il est « fait pour Marseille » : « Il a une poigne de fer, une connaissance du terrain et du jeu. J'espère que ça va marcher. »

Son amour pour l'OM
Enfin, le coach s'est livré sur son amour pour le club phocéen : « Bien sûr que j'aime Marseille... Passionnément même. Mais quand vous aimez une femme et qu'elle vous fait souffrir, vous êtes obligés de la quitter. » Et de conclure avec ces mots : « Ma maîtresse, c'est l'OM ».