Dans l'actualité récente

Josep Maria Bartomeu élu président du FC Barcelone

Voir le site Téléfoot

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-07-19T07:25:42.274Z, mis à jour 2015-07-19T13:16:37.167Z

Porté au pouvoir en 2014 après la démission de Sandro Rosell, Josep Maria Bartomeu va continuer à exercer ses fonctions de président du Barça après avoir été élu par les socios devant Joan Laporta

"On ne change pas une équipe qui gagne". Une formule qui a certainement guidé les socios du FC Barcelone ce samedi pour élire à la présidence de leur club Josep Maria Bartomeu, porté au pouvoir sans élection en 2014 après le départ de Sandro Rosell à la suite d'affaires judiciaires. L'homme fort de l'institution blaugrana est ainsi récompensé du triplé obtenu la saison dernière par ses ouailles et a été élu avec une majorité de 54,63% des votes contre 33,03% pour son principal rival, Joan Laporta, président de l'institution catalane de 2003 à 2010. A noter que 110.000 socios ont été appelés à voter et que seulement 47.000 d'entre eux se sont rendus au bureau de vote. 

Laporta avait pourtant ses chances

Si Bartomeu a remporté haut la main cette élection, la bataille était loin d'être gagnée. Laporta disposait de sérieux atouts sous la chaussure comme le fait qu'il a fait campagne en grande partie sur les enquêtes de justice visant son adversaire du jour et son prédécesseur Sandro Rosell à la suite d'irrégularités entourant le transfert de Neymar de Santos au Barça en 2013. 

Par ailleurs, l'ex-président du club blaugrana, en plus d'être charismatique et d'avoir promis le transfert de Paul Pogba s'il était élu, est sans aucun doute l'un des plus fervents séparatistes et n'a cessé de marteler que la Catalogne mérite un Etat propre. Des qualités pour les indépendantistes convaincus mais une crainte pour d'autres qui ont sans doute eu peur de voir leur club devenir une arme politique. 

Des moments insolites lors de l'élection

Mais au-delà toute, l'élection de Bartomeu a également était le théâtre de scènes plus légères, voire cocasses. L'une d'entre elles a même été magistrale puisqu'un supporter du Barça s'est rendu au bureau de vote avec un maillot du Real Madrid au nom du Portugais Luis Figo, considéré comme un traitre après être passé du club catalan à celui de la capitale espagnole en 2000. 

Selon le quotidien AS, notre héros du jour a dû se plier à cette humiliation pour son enterrement de vie de garçon. Reste à savoir si cette excuse était aussi valable pour un autre socios qui est également allé voter avec le maillot de l'ennemi sur les épaules.

Décidément, le Barça, c'est vraiment "plus qu'un club"...