Dans l'actualité récente

Et si les joueurs de l’Equipe de France étaient des Pokémon ?

Voir le site Téléfoot

Antoine Griezmann
Par SDC|Ecrit pour TF1|2016-07-12T12:52:41.316Z, mis à jour 2016-07-28T12:03:19.718Z

Didier Deschamps a ajusté sa casquette et préparé ses Pokéball. Dans l’Arène du Stade de France, le dresseur s’apprête à affronter le conseil des quatre. Pour les vaincre et en découdre avec son rival, l’homme qui pouvait mettre sa bicyclette dans son sac à dos dispose d’une équipe de rêve. Face au phénomène Pokémon GO, la rédaction de Telefoot.fr a imaginé à quels Pokémon pouvaient être associés les joueurs de l’Equipe de France.

Dans un monde parallèle, Didier Deschamps, alias Sacha, a parcouru la terre entière pour récolter les huit badges. Lors de ce voyage d’apprentissage, DD a traqué avec espoir les meilleurs Pokémon. Après les avoir entraînés et remporté plusieurs défis, il a échoué en finale de la Ligue face au Portugal. Le dresseur avait pourtant une équipe de rêve. Tour d’horizon.

Hugo Lloris
Etincelant dans cet Euro 2016, Hugo Lloris aura été l’un des hommes forts de Didier Deschamps. Le gardien a quasiment arrêté tous les tirs de ses adversaires. A se demander s’il n’avait pas quatre mains, comme Mackogneur.

Steve Mandanda
Face aux prestations d’Hugo Lloris, Steve Mandanda n’a pas eu de temps de jeu lors du tournoi. Pourtant, le gardien pouvait à tout moment sortir du banc et faire irruption sur le terrain, à la manière d’un Qulbutoké aux mains de la Team Rocket.

Benoît Costil
Troisième dans la hiérarchie des gardiens, Benoît Costil savait qu’il ne disputerait pas une seule seconde dans cet Euro 2016. Pour l’occuper, les membres du staff lui ont demandé son aide. Toujours souriant, Benoît a volontiers accepté et s’est mis en quatre pour installer ses coéquipiers dans les meilleures dispositions. Un peu comme le M.Mime de la maman de Sacha, toujours prêt à rendre service.

Patrice Evra
Hugo Lloris a le brassard de capitaine, mais le vrai patron de l’Equipe de France, c’est lui. A la mi-temps, Pat harangue ses partenaires avec des discours épiques. Sur le terrain, il fait passer les consignes. En interview, Patrice Evra a toujours le mot pour faire rire. Patrice Evra, c’est Miaouss. Un Pokémon attachant, ingénieux et qui parle tout le temps.

Bacary Sagna
Malgré un Euro réussi, Bacary Sagna se coltine toujours sa réputation de mauvais centreur. Alors, Bacary Sagna c’est un peu comme Psykokwak : tu ne sais jamais si l’attaque va toucher, mais elle peut être dévastatrice. Onde folie.

Lucas Digne
La légende veut qu’il ait été appelé dans la liste des 23 pour disputer l’Euro. Personne n’a pu le confirmer. Fantominus.

Christophe Jallet
Nœunœuf. Y a-t-il vraiment besoin d’explications ?

Eliaquim Mangala
Dracaufeu, Junko, Torterra… Sacha a capturé et fait évoluer certains des Pokémon les plus forts. Au milieu d’eux, il a un jour eu un Mustébouée. On s’est toujours demandé ce qu’il faisait là, un peu comme Mangala. Etait-ce la bouée de sauvetage de Didier Deschamps en cas de blessure d’un titulaire ? Même pas.

Adil Rami
Sélectionné pour la première fois en Equipe de France en 2010, Adil Rami n’avait plus porté la tunique bleue depuis 2013. Comme Ptéra, Rami est revenu du passé. Fossile.

Samuel Umtiti
Tranchant dans les duels, vif et propre. Un Insécateur quoi.

Laurent Koscielny
Sacha avait fait pleurer des millions de téléspectateurs en abandonnant son Papilusion. Laurent Koscielny a abandonné le marquage d’Eder et a fait pleurer des millions de personnes.

Blaise Matuidi
Il court partout, ratisse et n’est jamais fatigué. Un Tauros, en somme.

Paul Pogba
Quand on se fait « tatouer » un Roucarnage dans la tête, pas étonnant d’être comparé à un Roucarnage.

N’Golo Kanté
Un joueur de l’ombre Ô combien précieux pour l’équipe. Après plusieurs années passées dans sa grotte, N’Golo Kanté a vu la lumière du jour. Un Nosferapti, en quelque sorte.

Yohan Cabaye
Pokémon phare de la célèbre Jessie de la Team Rocket, Arbok est tombé dans l’oubli et a été remplacé par un Banshitrouye que personne ne connait. Titulaire indiscutable au début du règne de Didier Deschamps, Yohan Cabaye a connu le même sort. Ah la la, sacrée nostalgie.

Morgan Schneiderlin
A priori, lui aussi était présent dans le groupe des 23. Certains sont allés jusqu’à Carmin sur Mer le chercher, même sous des camions, mais ne l’ont jamais trouvé. Mew.

Moussa Sissoko
Quelconque avec Newcastle pendant une bonne partie de la saison, Moussa Sissoko a commencé l’Euro face à l’Irlande et n'a plus jamais quitté l'équipe. Il a su se mettre au niveau de l’enjeu et a été étincelant. Comment a-t-il fait ? Tout simplement avec l’attaque morphing. Métamorph.

Dimitri Payet
Auteur d’un début d’Euro tonitruant, Dimitri Payet est peu à peu tombé dans l’anonymat. Certains ne retiendront de lui que la blessure infligée à Cristiano Ronaldo. Kicklee.

Antoine Griezmann
Qui d’autre que lui pourrait incarner Pikachu ? Mascotte et meilleur joueur de l’équipe, Antoine Griezmann a su s’attirer la sympathie du public. Comme Pikachu, il a tout fait pour aider son équipe. Comme Pikachu, il n’a jamais réussi à remporter la Ligue.

Kingsley Coman
Flashé à 32,8km/h, Kingsley Coman a été le joueur le plus rapide de la compétition. Deoxys en forme vitesse.

Anthony Martial
On sent un certain potentiel, mais le joueur n’est pas encore arrivé à maturité. D’ici quelques années, il pourrait bien faire partie du gratin des meilleurs attaquants au monde. En attendant, il ronge son frein et fait trempette. Comme Magicarpe. Mais Léviator n’est pas loin.

Olivier Giroud
« Ce n’est pas très efficace » voire « cela n’a aucun effet. » Voilà à quoi était assimilé Olivier Giroud en début de compétition. Pourtant, l’attaquant a enfilé les buts et a surtout servi ses partenaires. Précieux dans le jeu, il s’est souvent sacrifié pour faire briller l’équipe. Un Electrode qui attaque Explosion.

André-Pierre Gignac
Comme Dracaufeu, André-Pierre Gignac avait décidé de quitter la France pour aller trouver le bonheur ailleurs. Comme Dracaufeu, l’attaquant est revenu en Equipe de France à la surprise générale pour sauver son équipe. Son tir sur le poteau à la 92ème minute fera de lui un héros malheureux.

en savoir plus : Equipe de France de Football