Dans l'actualité récente

Le jour où la Ligue des champions a changé

Voir le site Téléfoot

La Juve remporte la Ligue des champions
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2016-09-14T10:22:56.753Z, mis à jour 2016-09-14T10:44:41.426Z

De la Coupe des clubs champions à Ligue des champions, la plus prestigieuse des compétitions européennes a beaucoup évolué en un demi-siècle. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Tous les footballeurs rêvent de la soulever, la coupe aux grandes oreilles. Trophée ultime pour les clubs européens, il représente la suprématie d’une équipe sur le Vieux continent. Depuis 1955, la C1 anime chaque saison la rivalité entre les plus belles équipes. Et au fil des années, cette compétition a connu des changements qui reflètent l'évolution du football moderne. 

Une création française

Comme souvent en matière de compétition sportive, la France est à l’origine de la création de la C1. Le dénommé Gabriel Hanot, rédacteur en chef du quotidien L’Equipe, propose en décembre 1954 à la jeune UEFA l’organisation d’un championnat européen des clubs. En septembre 1955, la Coupe des clubs champions européens débute avec seize participants. Mais parmi ces clubs pionniers, seuls sept champions nationaux sont présents : RSC Anderlecht (Belgique), AGF Arhus (Danemark), Djurgardens IF FF (Suède), AC Milan (Italie), Real Madrid CF (Espagne), Stade de Reims Champagne (France) et SC Rot-Weiss Essen (Allemagne). A noter que les Anglais manquent à l’appel pour cette première édition, remportée par le Real Madrid 4 buts à 3 contre Reims.

L’arrivée des Anglais

Devant le succès de la première édition, l’UEFA souhaite développer la compétition et demande à chaque fédération d’envoyer son champion. Et bien que la Football League anglaise résiste, elle ne peut pas empêcher Manchester United de prendre part à la Coupe des clubs champions. Vingt-deux clubs participent ainsi à la deuxième édition, et les Red Devils ne se font éliminer qu’au stade des demi-finales par l’inévitable Real Madrid. Le club Merengue conserve son titre en dominant la Fiorentina 2-0 en finale. Mais plus important encore, la C1 est désormais véritablement lancée avec l’apport anglais, grand absent de la première édition.

La Coupe devient la Ligue

En 1992, la Coupe des champions devient la Ligue des champions. Au début, ce changement de nom se contente d’intégrer une phase de groupes avant le tableau final. Toutes les rencontres ne sont donc plus à élimination directe. La France profite de ce nouveau système pour remporter sa première Coupe aux grandes oreilles avec l’OM en 1993. Mais le principal changement apporté par la Ligue des champions allait finalement avoir lieu en 1997. Une véritable révolution.

1997, le tournant

Comme son nom l’indique, la Ligue des champions, anciennement Coupe des clubs champions, n’accueille que les champions nationaux et le tenant du titre. A l’origine, cette règle n’a pas pu être appliquée à la lettre afin de lancer la compétition, mais très vite l’UEFA a pu imposer ce ticket d’entrée indispensable. Sauf qu’en 1997, l’UEFA ouvre également les portes de la C1 aux deuxièmes des huit grands championnats européens. Cette mesure, ajoutée à l’arrêt Bosman en 1996, favorise la domination desdits grands championnats. A tel point que depuis, aucun club issu d’une autre nation que l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne ou l’Angleterre n’a atteint la finale de la Ligue des champions. Sauf en 2004 avec la finale entre le FC Porto et l’AS Monaco.

Vers une ligue fermée ?

Depuis 1997, la Ligue des champions n’a de cesse d’élargir son accès aux grands championnats en leur permettant de qualifier de plus en plus d’équipes. Cette évolution visant à proposer le maximum d’affiches entre clubs prestigieux a aussi pour effet d’ostraciser les représentants de championnats mineurs. Pour la période 2018/2021, les quatre pays les mieux classés à l’indice UEFA bénéficieront de quatre places garanties en phase de groupes de la C1. La plus grande compétition de clubs de foot se dirige lentement mais sûrement vers une ligue fermée qui rappelle le modèle américain. Jusqu’où l’UEFA s’arrêtera-t-elle pour développer son produit phare ? Pour le moment, l’intérêt croissant pour cette compétition et les bénéfices générés donnent raison à l’instance dirigeante du football européen.


Une question se pose tout de même : la glorieuse incertitude du sport a-t-elle encore sa place dans cette compétition ?