Justice : le Real Madrid et Barcelone visés par une enquête de l'UE !

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Martin TRAN|Ecrit pour TF1|2013-12-18T15:06:00.000Z, mis à jour 2013-12-18T15:43:31.000Z

Et si le FC Barcelone, le Real Madrid et cinq autres équipes de Liga espagnole avaient profité d'aides publiques illégales ? C'est ce que cherche à prouver la Commission Européenne de Bruxelles.

C'est le Ministre des Affaires Etrangères espagnol lui-même qui annoncé la nouvelle : sept clubs de football espagnol dont font partie le Real Madrid, le FC Barcelone et le FC Valence, sont sous le feu d'une procédure d'infraction pour avoir reçu des aides publiques illégales.

Sept clubs dans le viseur de l'UE
Le Real Madrid, le FC Barcelone, le FC Valence, l'Athletic Bilbao, Osasuna, Hercules et Elche : ces sept équipes de football professionnel auraient bénéficié d'aides publiques qu'il n'auraient pas dû toucher. Vous l'avez remarqué : le Barça, le Real et Valence, soit trois des plus importantes équipes de la Liga, font partie de cette liste de clubs suspectés. Mais suspectés de quoi exactement ?

Des charges lourdes contre Barcelone et le Real Madrid
Dans le dossier examiné par la Commission Européenne, on retrouve plusieurs causes dont voici les principales :
- l'agglomération de la ville de Valence a cautionné les non-remboursements des dettes des clubs du FC Valence, de Elche et d'Hercules, à hauteur de 30 M€.
- Le Real Madrid, le FC Barcelone, l'Atheltic Bilbao et le CA Osasuna aurait profité d'avantages fiscaux grâce à un régime différent des autres équipes.
- En 2011, le Real Madrid aurait revendu à la ville de Madrid des terrains à hauteur de 22,7 M€. Or, ces terrains avaient été cédés au Real par la ville en 1998 contre la somme de... 420 000 €, soit un prix multiplié par 54 en 13 ans !

L'Espagne derrière ses équipes
Les accusations sont assez lourdes contre ces sept équipes, et il se pourrait que certaines d'entre elles ne survivent pas à cette enquête si d'aventures la concurrence déloyale est prouvée. Le club de Hercules est en cessation de paiement depuis plusieurs mois tandis que ceux d'Elche et du FC Valence sont au bord de la faillite. Mais le gouvernement espagnol a tout de suite répliqué en annonçant avoir déjà préparé un recours afin de « défendre les clubs jusqu'au bout »