Dans l'actualité récente

La Juventus est encore meilleure en 2016-2017 : on vous explique pourquoi

Voir le site Téléfoot

Gonzalo Higuain   Juventus Oeil de Téléfoot
Par Nick Carvalho - Agence CReafeed|Ecrit pour TF1|2016-10-21T09:02:48.048Z, mis à jour 2016-10-31T11:52:47.111Z

La Juventus aurait pu s’affaiblir avec le départ de Paul Pogba à Manchester United. En réalité, elle a vite et bien compensé son départ, notamment en attirant Gonzalo Higuain. Aujourd’hui, la Juve apparaît comme un candidat crédible pour gagner la Ligue des champions.

Ce transfert n’aurait jamais dû se produire cet été. Les joueurs de la Juventus avaient scellé un pacte, révélé par le quotidien britannique The Independent. Ils s’étaient promis de rester à Turin une année de plus pour décrocher la Ligue des champions, qui s’était refusée à eux lors de la finale 2015 contre le FC Barcelone (3-1). Mais « lui », il est parti. Paul Pogba, la star de l’équipe, s’est engagé pour le Manchester  United de José Mourinho. Ses partenaires l’ont appris par voie de presse, ainsi que le montant phénoménal de la transaction (105 millions d'euros + 5 de bonus). Dans son malheur tout relatif - le transfert de Pogba est le plus important de l’histoire du football - la Juventus a agi avec assez de flair pour transformer cette contrainte en opportunité. Malgré ses huit buts et douze passes décisives en 2015-2016, malgré son impact, malgré son charisme, l’international français de 23 ans n’est pas irremplaçable. Sans lui, la Juventus est meilleure que l’an passé et apparaît comme un candidat crédible à la victoire en Ligue des champions.


Car pour un Pogba vendu, le club a recruté deux joueurs pour le remplacer : Marko Pjaca (22,5 millions d'euros en provenance du Dinamo Zagreb), un Croate de 21 ans aperçu à l’Euro 2016, et Miralem Pjanic, dix buts et douze passes décisives avec l’AS Roma la saison dernière en Serie A. Aucun des deux ne dispose du profil tout-terrain du français, ni de « sa dimension exceptionnelle », pour reprendre les termes de Christian Damiano, l’entraîneur adjoint de la Juventus entre 2007 et 2009.  Mais à sa manière, Pjanic peut lui aussi faire des différences au milieu. « Il a une autre finesse que celle de Pogba, précise Damiano. Sur le terrain, il joue aussi plus haut. Son rôle, c’est de distribuer et d’animer le jeu. » Son habileté à tirer des coups de pied arrêtés peut être déterminante. Depuis 2011, et son arrivée en Italie, l’ancien Lyonnais a marqué onze coups francs en Championnat. Sur cette même période, seul Andrea Pirlo, autre expert passé par la Juventus, a été plus efficace (douze).

Plus que tout, la vente de Pogba a rendu possible le financement de l’arrivée de Gonzalo Higuain. Acheté pour 90 millions d'euros, l’Argentin a été le meilleur buteur du Championnat italien avec Naples en 2015-2016 (36 buts). Il est l’un des meilleurs du monde à son poste. L’Argentin ne remplace pas le Français poste pour poste. Mais au cours de la saison, il peut devenir au moins aussi important que Pogba. « Il va être une pièce maîtresse pour la Juventus », prédit Damiano. Accusé de surpoids à son arrivée par les médias italiens, Higuain a rapidement éteint la polémique. Il en est déjà à sept réalisations en dix rencontres, et son entente avec son compatriote Paulo Dybala se bonifie match après match. Pour Damiano, Higuain sera l'homme qui peut faire « passer un cap à la Juventus », et remporter une C1 qui lui échappe depuis la génération Deschamps - Del Piero - Ravanelli en 1996.


La force de la Juventus, c’est ce qu’elle avait déjà

Higuain n'est pas seul. La force de la Juventus ne réside seulement pas dans sa recrue phare, qui n’a jamais remporté la Coupe aux grandes oreilles en sept saisons au Real Madrid (2006-2013). Elle repose, avant tout, sur ce qui faisait déjà sa force. Quand le Bayern et Manchester City ont changé d'entraîneur l'été dernier, la Juventus a gardé le sien, Massimiliano Allegri, en place depuis 2014. Sur le terrain, le technicien italien peut compter sur une base défensive solide. Dans le but, le mythique Gianluigi Buffon. Devant lui, une charnière à trois, composée de Barzagli, Chiellini et Bonucci, tous internationaux italiens. L’an dernier, leur équipe n’avait encaissé que vingt buts en Serie A. Buffon, lui, avait battu un record vieux de plus de vingt ans : celui du nombre de minutes jouées sans encaisser un but (arrêté à 973 minutes en août dernier). A eux quatre, ils tiennent la défense de la Juventus depuis 2012 et ont gagné cinq titres de champion d'Italie consécutifs.

Sur les autres lignes, les joueurs de Barcelone et du Bayern sont certainement plus forts sur le plan individuel. Ceux de la Juventus ont, toutefois, d'autres qualités, plus invisibles, comme l’explique Damiano : « Sur le plan tactique, c’est la culture italienne. C’est une orchestration. Les joueurs sont très intelligents. Tous leurs déplacements sont synchronisés. » Au milieu, là où Pogba rayonnait, la Juventus dispose également d'un réservoir étoffé. Ils sont huit joueurs centraux à se disputer trois postes dans le onze de départ. Parmi eux, en plus de Pjaca et Pjanic, il y a Sami Khedira, champion du monde 2014, Claudio Marchisio, cadre de la sélection italienne, Mario Lemina, champion du monde U20 en 2013 avec Pogba, Kwadwo Asamoah, l'homme à tout faire de la Juventus, Hernanes, passé par l'Inter Milan et la Lazio ou encore Stefano Sturaro, présent à l'Euro 2016 avec les Azzurri.


Les noms alignés ne comptent pas, assure Damiano. Leur sens du collectif importe davantage : « Malgré le départ de Pogba, ils reste beaucoup de bons joueurs. Le milieu de la Juve est très fourni, travailleur, bosseur. Les joueurs ont une activité physique débordante. Et, surtout, le système de jeu (Ndlr : en 3-5-2) s’adapte selon les situations : ils jouent à cinq derrière quand ça défend, à cinq au milieu quand ça attaque. » Depuis le début de la saison, Mario Lemina, Sami Khedira ou encore Stefano Sturaro, en plus de Pjanic et Pjaca se succèdent à tour de rôle. Et ça marche, en attendant le retour de blessure de Claudio Marchisio, titulaire indiscutable. La Juventus est première de Serie A, avec cinq points d’avance sur son dauphin, l’AS Roma, et de la poule H de C1. D’où il est, la septième place de Premier League et la deuxième place du groupe A de Ligue Europa, Paul Pogba ne peut qu’applaudir.