Kaka et Robinho, c'est bonito

Voir le site Téléfoot

Kaka et Robinho, c'est bonito
Par Glenn CEILLIER|Ecrit pour TF1|2010-06-28T18:00:02.000Z, mis à jour 2010-06-28T18:00:02.000Z

Absents face au Portugal (0-0), Kaka et Robinho sont de retour face au Chili en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Le duo porte sur ses épaules l'espoir de tout un peuple, qui espère revoir du spectacle et des buts avec son retour.

Les supporters brésiliens ont le sourire. La Seleçao n'a pas été étincelante avant ce huitième de finale face au Chili (lundi, 20h30). Mais Kaka et Robinho sont de retour. Et pour les amateurs du fameux Jogo Bonito, c'est une excellente nouvelle. Si ces "come-back" ne sont pas un gage de succès face aux Chiliens, leur présence devrait apporter un peu plus de spectacle après une sortie contre le Portugal (0-0) qui a provoqué une pluie de critiques au pays. Le quotidien Lance résume le sentiment général au Brésil: "Où est le talent ?", a titré le journal sportif. Il juge que "sans Kaka et Robinho l'équipe a manqué de talent et s'est contentée du résultat nul". Le premier était suspendu, le second ménagé. Face au Chili, ils seront très attendus.


Le ticket Kakà-Robinho, c'est la caution brésilienne d'une équipe rigoureuse. Le duo qui doit offrir la touche de génie et de technique qui pourrait permettre au Brésil de décrocher la sixième étoile en Afrique du Sud. Dès l'annonce des 23 Brésiliens sélectionnés par Dunga pour l'aventure africaine, le ton avait été donné. En se privant de Ronaldinho mais aussi des prodiges de Santos, Ganso et Neymar, le sélectionneur auriverde n'avait pas fait la part belle aux artistes. Comme toujours depuis son arrivée sur le banc en 2006, il a privilégié l'efficacité et la rigueur défensive. A ses yeux, le talent de Kaka et Robinho est suffisant pour faire le bonheur de tout le monde.


Robinho, serial-buteur face au Chili


Depuis le début du Mondial, les deux stars offensives du Brésil n'ont pas brillé de mille feux. Aucune des deux n'a fait trembler les filets. "Avec Kaka, nous sommes très importants pour le groupe", lance pourtant Robinho. Leurs trois passes décisives (deux pour Kaka contre la Côte d'Ivoire, une pour Robinho face à la Corée du Nord) confirment leur efficacité. Contre le Portugal, il a manqué tout ce qu'ils peuvent réaliser : la capacité, en une touche de balle, une accélération ou une frappe, d' éclairer le jeu des Sud-Américains.


Le huitième de finale pourrait d'ailleurs être leur match. Le Chili, même s'il est très rugueux, n'est pas du style à tout fermer. Ce n'est pas la philosophie du sélectionneur de la Roja, Marcelo Bielsa. Grâce leur vision du jeu, leur aisance balle au pied et leur science tactique, Kaka et Robinho devraient en profiter pour s’illustrer en contre-attaques. Sur le plan personnel, les voyants sont au vert. Diminué athlétiquement après une première saison gâchée par les blessures chez les Merengue, le milieu du Real Madrid a eu quelques jours de plus pour se préparer physiquement et se rapprocher de son top. De son côté, Robinho connait une réussite insolente face au Chili. En quatre rencontres, il a marqué six fois face à la Roja, son meilleur bilan face à une sélection. Les supporters brésiliens en salivent déjà.