L'ABC des tout petits

Voir le site Téléfoot

L'ABC des tout petits
Par Philippe DA COSTA|Ecrit pour TF1|2010-06-10T08:15:00.000Z, mis à jour 2010-06-10T08:15:00.000Z

Corée du Nord, Nouvelle-Zélande, Honduras, Slovaquie. Quatre pays auxquels on promet un passage éclair lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud et un excédent de bagages au retour. Présentation de ceux que l'on surnomme affectueusement pour ne pas les froisser, les petits Poucets.

COREE DU NORD (105e à la FIFA)


L'ABC des tout petits

La Corée du Nord et la Coupe du monde, c'est une très vieille histoire. Une histoire d'une seule nuit presque mais une histoire d'amour. En 1966, les Chollima avaient créé la sensation en sortant l'Italie et en faisant trembler le Portugal en quart de finale (5-3), match où ils menaient 3-0 après trente minutes de jeu. Quarante-quatre ans plus tard, l'exploit semble irréalisable. Placée dans le groupe le plus dense avec le Brésil, le Portugal et la Côte d'Ivoire, la Corée du Nord a une chance sur mille de s'en sortir, pour ne pas dire plus. La présence en Afrique du Sud est déjà un succès à part entière pour cette sélection dont trois joueurs seulement évoluent hors du pays (2 au Japon, 1 en Russie). Sur quoi peut-elle s'appuyer alors? L'effet de surprise, une défense d'une rigueur quasi militaire (7 buts encaissés en 16 matchs de qualification) et un attaquant, Jong Tae Se, surnommé le "Rooney du peuple". Sera-ce suffisant? Pas sûr. Mais les Nord Coréens, en préparation intensive depuis novembre (!) se donnent, en tout cas, les moyens de surprendre.


NOUVELLE-ZELANDE (78e à la FIFA)


L'ABC des tout petits

Du ballon ovale au ballon rond, il y a un monde d'écart et 77 places au classement des meilleures nations. Les All Blacks font plus que de l'ombre aux All White. Ils les empêchent d'exister. Le temps de trois matchs au moins, le pays du long nuage blanc jettera donc un oeil curieux vers ses manchots, qualifiés pour leur deuxième Coupe du monde après 1982, d'où ils étaient repartis sans victoire et les valises pleines (12 buts). Ils pourront difficilement faire pire en Afrique du Sud, surtout que leur groupe (Italie, Paraguay, Slovaquie) semble taillé pour eux. Ne vous attendez pas à des gris-gris de la part des Néo-Zélandais mais plutôt à du jeu dur et aérien, dans la plus pure tradition... britannique. La taille moyenne des joueurs tourne autour de 1m85. Le défenseur Ryan Nelsen (Blackburn) et le buteur Chris Killen (Celtic Glasgow) sont les meilleurs atouts de cette équipe qui s'adaptera aussi parfaitement à l'hiver austral.


HONDURAS (38e à la FIFA)


L'ABC des tout petits

Sans un but de l'Américain Bornstein à la 94e face au Costa Rica, le Honduras ne serait pas là. C'est sans doute pour cela que le sélectionneur, le Colombien Reinaldo Rued, avance que son équipe n'a "aucune pression". Peut-être aussi parce que le petit pays d'Amérique centrale figure dans le groupe D avec l'Espagne, la Suisse et le Chili, soit l'un des grands favoris et deux habitués à ses joutes internationales. La dernière participation des Catrachos à une Coupe du monde date de 1982, quand ils s'étaient signalés par un match nul face à l'Espagne, pays organisateur (1-1). Faire de même face à la Roja actuelle serait un véritable exploit, tout comme aller en huitièmes de finale. Mais les Honduriens possèdent quelques atouts non-négligeables: les attaquants David Suazo (Inter Milan, prêté au Genoa) et Wilson Palacios (Tottenham), et les deux joueurs de Wigan, le latéral gauche Maynor Figueroa et le milieu Hendry Thomas.


SLOVAQUIE (34e à la FIFA)


L'ABC des tout petits

Si la Slovaquie a devancé la Slovénie et la République tchèque dans son groupe de qualification, elle n'en reste pas moins sans référence au niveau international. C'est d'ailleurs la seule nation qui découvrira la Coupe du monde, en Afrique du Sud. La Repre, doux surnom de la sélection slovaque, a eu de la chance au tirage pour son baptême en prenant l'Italie, le Paraguay et la Nouvelle-Zélande. Pour créer la surprise, les hommes de Vladimir Weiss, compteront principalement sur Marek Hamsik, milieu de Naples à la coupe de cheveux improbable, sur le solide défenseur de Liverpool, Martin Skrtel et sur l'attaquant de Bochum Stanislav Sesták, auteur de six buts en qualifications. Un joueur important dans chaque ligne pour booster les autres, dont beaucoup évoluent en Allemagne, Angleterre ou Turquie.