Dans l'actualité récente

L'Afrique du Sud engrange

Voir le site Téléfoot

L'Afsud engrange
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-06-01T08:17:10.000Z, mis à jour 2010-06-01T08:17:10.000Z

Les Bafana Bafana ont engrangé une bonne dose de confiance en battant largement le Guatemala (5-0), nation classée 114e au classement FIFA. C'est leur deuxième victoire consécutive pour l'Afrique du Sud en match amical après un succès sur la Colombie.

LUNDI 31 MAI: Afrique du Sud-Guatemala: 5-0


Le pays hôte de la Coupe du monde a enchaîné avec un onzième match sans défaite depuis le retour de Parreira en novembre. Surtout, il a signé son plus large succès en compétition officielle depuis le retour du pays sur la scène internationale (1992). L'Afrique du Sud a ouvert la marque grâce à un penalty généreusement accordé et transformé par Katlego Mphela (12e). Reneilwe Letsholonyane a doublé la mise à la suite d'une action initiée par Lucas Thwala. La seconde période, très animée, a encore permis à l'arbitre de s'illustrer. Car, si le troisième but signé Surprise Moriri (48e) ne souffrait d'aucune contestation, il n'en allait pas de même pour un nouveau penalty transformé par Mphela (56e). Le but en pleine lucarne de Bernard Parker, entré en jeu, a parachevé de bien belle manière cette victoire historique.


Joueur en vue: Aucun joueur ne s'est vraiment distingué mais Aaron Mokoena est devenu à l'occasion de cette rencontre le premier Bafana de l'histoire à 100 sélections.


A savoir pour les Bleus: Le Guatemala est le 114e pays au classement FIFA et donc pas vraiment un foudre de guerre. L'attaquant de West ham Benny McCarthy a passé tous le match sur le banc et il se pourrait, vu le nombres de minutes qu'il a disputé en matchs de préparation, qu'il ne fasse pas partie des 23 de Parreira.


DIMANCHE 30 MAI : Mexique - Gambie : 5-1 à Bayreuth


Quelques heures avant de livrer sa liste des 23, Javier Aguirre a dû apprécier l'entrain et l'attitude de ses hommes, dimanche face à la Gambie. Certes, ce n'était que la Gamibe mais les futurs adversaires de l'équipe de France (17 juin) se sont appliqués et l'ont emporté 5-1 au final. Après deux défaites face à l'Angleterre (3-1) et aux Pays-Bas (2-1), la "Tricolor" a fait le travail et s'est remise dans le sens de la marche grâce à Javier Hernandez et Adolfo Bautista, tous deux auteurs d'un doublé. Ce dernier, qui était en ballottage pour une place dans les 23 retenus pour disputer le Mondial, a fait pencher la balance en sa faveur. Le Barcelonais Jonathan Dos Santos, écarté, en a fait les frais.


Joueur en vue : Javier Hernandez est lancé. Le Mexicain, déjà buteur face aux Pays-Bas, a remis ça dimanche contre la Gambie. Son doublé, réalisé avant la 50e minute de jeu, a permis aux siens de prendre leurs distances. Le nouveau joueur de Manchester United est un poison. L'Afrique du Sud, l'Uruguay et la France devraient l'apprendre à leurs dépens.


A savoir pour les Bleus : Sur un tel match et face à une opposition si peu relevée, difficile de tirer des conclusions. On retiendra cependant que les Mexicains offrent une palette footballistique variée. Jeu court, jeu long, les joueurs de Javier Aguirre n'offrent pas un jeu stéréotypé.


JEUDI 27 MAI, Afrique du Sud - Colombie : 2-1 à Soccer City


Petit à petit, l'Afrique du Sud avance. Jeudi soir à Soccer City, les Bafana Bafana ont battu la Colombie (2-1). Une histoire de penalties puisque les trois buts ont été inscrits sur coup de pied de réparation. Tout n'a pas été parfait, loin de là. Et l'arbitre a plutôt joué un rôle favorable aux Sud-Africains en leur accordant un deuxième penalty généreux. Mais Carlos Alberto Parreira n'a pas fait la fine bouche et s'est montré plutôt satisfait de cette victoire obtenue à Soccer City. "Nous n'avons pas aussi bien joué que lors de notre dernier match (1-1 contre la Bulgarie) mais les conditions étaient différentes, c'était comme un match de Coupe du monde. Nous nous sommes battus et nous avons obtenu le résultat souhaité contre des adversaires expérimentés, dont la plupart évoluent en Europe. Certains de mes joueurs étaient nerveux en fin de match. Je suis content que nous ayons joué ici (à Soccer City), parce que nous ne pouvions pas commencer la Coupe du monde sans avoir goûté à cette ambiance", a-t-il confié après la partie.


Joueur en vue : Siphiwe Tshabalala n'a pas spécialement brillé dans le jeu mais ses coups de pied arrêtés sont redoutables. La patte gauche du joueur est précise. Entré en jeu, Steven Pienaar s'est montré à son avatage.


A savoir pour les Bleus : Comme l'Uruguay mercredi, la défense sud-africaine ne semble plus la plus sûre du monde. Les Bafana Bafana connaissent parfois quelques passages à vide. Pour en profiter, les Bleus devront aller de l'avant et mettre la pression...


MERCREDI 26 MAI, Uruguay - Israël : 4-1 à Montevideo


Avant d'affronter les Bleus le 11 juin prochain, les Uruguayens ont décidé de ne jouer qu'un match de préparation. C'était mercredi soir à Montevideo et force est de constater que les doubles champions du monde (1930, 1950) l'ont parfaitement négocié. Face à l'équipe d'Israël d'un dénommé Luis Fernandez, les Sud-Américains ont déroulé et gagné 4-1 avec un doublé d'Abreu. Qu'en a pensé Luis Fernandez et quels conseils donnerait-il aux Bleus ? "Il faut peut-être accélérer contre cette équipe (d'Uruguay), essayer de casser son rythme. Mais tu sens qu'il faudra être sérieux pour la battre. Peut-être récupérer plus haut, reculer moins qu'on ne l'a fait, mettre de la vitesse. Ca peut les déranger, car ils aiment imposer leur rythme et si on les laisse sortir, ils jaillissent rapidement sur les côtés. Après, le danger de cette équipe, c'est ses deux attaquants. Il faut bloquer la relation avec les passeurs. S'ils ne reçoivent pas les ballons dans de bonnes conditions, ils n'auront pas de bonnes munitions." Merci Luis.


Joueur en vue : Non, l'Uruguay ne se résume pas qu'à Diego Forlan. Certes, le buteur de l'Atletico Madrid y est allé de son petit but, mercredi. Mais Abreu lui a quelque peu volé la vedette. Entré à la pause, le joker de la Celeste s'est offert un doublé en six minutes. Preuve que Forlan n'est pas tout seul.


A savoir pour les Bleus : La France a un mauvais souvenir de l'Uruguay. En 2002, elle était tombée sur une équipe solide et difficile à bouger (0-0). Mercredi soir, quelques failles sont apparues dans le système défensif uruguayen. En seconde période, Oscar Tabarez est même passé à quatre défenseurs au lieu de trois. Sans que cela soit très convaincant. Durant les éliminatoires, l'Uruguay a encaissé 20 buts en 18 matches.


MERCREDI 26 MAI, Pays-Bas - Mexique : 2-1 à Fribourg


Peu cher payés. Les joueurs mexicains ont subi face aux Pays-Bas une défaite porteuse d'espoir. Après une première mi-temps très difficile, les joueurs d'El Tri ont complètement dominé l'un des favoris de la prochaine Coupe du Monde et ont pu acquérir un peu plus de certitudes sur leur niveau aussi bien technique que physique, seulement deux jours après un match contre un autre client, l'Angleterre. Si les remplaçants alignés d'entrée sur le terrain n'ont guère convaincu quant à leur capacité à suppléer les titulaires de Javier Aguirre, les supporters auront une nouvelle fois apprécié la prestation de leur chouchou, Giovani Dos Santos, et la capacité de leurs attaquants à créer le danger dans la surface adverse.


Joueur en vue : Giovani Dos Santos a transfiguré le jeu offensif de son équipe lors de son entrée en jeu. Sa vivacité et sa spontanéité ont permis de créer des espaces dans une défense néerlandaise jusqu'alors pas inquiétée par une attaque orpheline de son leader technique.


A savoir pour les Bleus : L'équipe qui évoluera en Afrique du Sud ne ressemblera que de très loin à celle défaite par les Pays-Bas. A retenir néanmoins, le 4-4-2 à plat sur lequel s'appuie le sélectionneur mexicain a semblé bien en peine pour contrer les trois milieux offensifs du 4-2-3-1 néerlandais, malgré la présence de son homme de base et capitaine, le milieu défensif Torrado.


LUNDI 24 MAI, Afrique du Sud - Bulgarie : 1-1 à Soweto


Les 30 000 spectateurs massés dans le stade d'Orlando à Soweto sont restés sur leur faim. Malgré la belle prestation de l'Afrique du Sud, les hommes de Carlos Alberto Parreira ne sont pas parvenus à s'imposer face à la Bulgarie (1-1). Les Bafana Bafana ont pourtant dominé les débats en seconde période, affichant au passage de belles qualités physiques devant un public qui n'a pas ménagé ses encouragements. A l'inverse, le réalisme et la force de frappe offensive des Sud-Africains restent des domaines à forte marge de progression. Face à une équipe regroupée, ils ont manqué de percussion dans les 30 derniers mètres. Le pays hôte du Mondial devrait cependant affronter des adversaires moins repliés lors du premier tour du Mondial, notamment le Mexique et la France. Ça devrait leur convenir davantage.


Joueur en vue : Siphiwe Tshabalala s'est imposé comme un joueur clé de la sélection de Parreira. Le milieu de terrain des Kaizer Chief a touché énormément de ballons face aux Bulgares, et la majorité des mouvements offensifs sud-africains sont passés par lui. Il a manifestement une grosse influence sur le rendement des Bafana-Bafana.


A savoir pour les Bleus : Dans le plus pur style de Carlos Alberto Parreira, les latéraux ont un rôle offensif très important. Défensivement, les Bleus devront être vigilants sur les côtés. Offensivement, il y aura aussi des espaces sur les ailes dont il faudra profiter. Autre détail à ne pas négliger, le but sud-africain a été marqué par le défenseur central Siyabonga Sangweni de la tête, suite à un corner. Une phase de jeu pointée comme une des lacunes de la défense tricolore ces dernières années.


L'équipe : Khune - Gaxa, Khumalo, Sangweni (Mokoena 46), Thwala (Masilela 46) - Modise (cap, Parker 68), Khuboni, Letsholonyane (Dikgacoi 46), Tshabalala (Cale 78) - Moriri (Nomvete 63), Mphela


LUNDI 24 MAI, Angleterre - Mexique : 3-1 à Wembley


Il ne faut pas se laisser tromper par le score. Oui, le Mexique a encaissé sa première défaite depuis 10 matches (3-1). Mais sur le pré vert de Wembley, les Aztèques n'ont pas démérité. Mieux, ils ont montré un visage séduisant. Et sans une défense fébrile notamment dans le domaine aérien et un manque de réalisme criant devant le but adverse, ils auraient mérité un meilleur sort face à une équipe anglaise, privée de plusieurs cadres (John Terry, Ashley Cole, Frank Lampard...).


Joueur en vue : Sur son côté droit, Giovani peut faire des ravages. Avec sa vivacité, l'attaquant de Galatasaray a semé la panique dans la défense de la sélection des Trois Lions sur plusieurs de ses accélérations. Un joueur à surveiller de près même s'il a flanché dans la zone de vérité à l'image de ses coéquipiers.


A savoir pour les Bleus : Si le jeu aérien n'est pas sa force, "El Tricolor" a d'autres arguments. Et notamment sur le plan collectif. Tactiquement bien en place, ils ont montré une rigueur collective qui pourrait poser des soucis à plus d'un adversaire en Afrique du Sud. Avec leur technique, ils sont aussi capables de mettre le pied sur le ballon pour faire le jeu pendant de longues périodes.


L'équipe : Perez - Juarez, Aguilar (Barrera 52), Marquez, Salcido- Osorio, Torrado, Rodriguez, Giovani (Blanco 72) - Franco (Hernandez 46), Vela (Guardado 62).


CALENDRIER


JEUDI 3 JUIN : Italie - Mexique à Bruxelles
VENDREDI 4 JUIN : France - Chine à la Saint-Pierre-de-la-Réunion
SAMEDI 5 JUIN : Afrique du Sud - Colombie à Atteridgeville