Dans l'actualité récente

L'Angleterre joue avec le feu

Voir le site Téléfoot

L'Angleterre joue avec le feu
Par Anthony PROCUREUR|Ecrit pour TF1|2010-06-19T06:30:02.000Z, mis à jour 2010-06-19T06:30:02.000Z

Sans vie, l'Angleterre a concédé un tout petit match nul (0-0) au Cap vendredi face à une Algérie en nets progrès. Tout reste possible dans ce groupe C avant la dernière journée. Les Anglais devront battre la Slovénie pour rallier les huitièmes de finale. Idem pour l'Algérie face aux Etats-Unis.

ANGLETERRE - ALGERIE : 0-0


Et si les Anglais avaient mis la charrue avant les boeufs ? Cette semaine, ils évoquaient déjà leur éventuel 8e de finale face aux Allemands. Mais ils en sont aujourd'hui très loin. Après les Etats-Unis (1-1), l'Algérie est venue les contrarier (0-0) et les ramener à leurs lacunes. Car, le jour de ses 64 ans, Fabio Capello n'a pas été gâté. Si la situation comptable est loin d'être aussi catastrophique, on ne peut en effet s'empêcher de remarquer certaines similitudes entre ces Anglais méconnaissables et l'équipe de France. Toutes proportions gardées. Dans le rôle de Nicolas Anelka, l'attaquant fantomatique, on retrouve Emile Heskey. Très peu en vue et muet depuis 639 minutes en sélection, Wayne Rooney peut faire penser à notre Franck Ribéry. Quant à Yoann Gourcuff ou Thierry Henry, les oubliés du banc, Joe Cole n'a pas grand chose à leur envier.


Fabio Capello a réussi à ajouter un problème : celui du gardien. Après sa terrible bévue face aux Etats-Unis, Robert Green a été sacrifié alors que le sélectionneur répétait dans la semaine que "les joueurs qui font des erreurs méritent une deuxième chance". Finalement, c'est donc David James qui a débuté au Cap. Quelques interventions qui n'ont pas inspiré une grande sérénité en début de match, mais pas de boulette. Vu le contexte, c'est presque le point positif du soir. C'est dire. Côté algérien, Faouzi Chaouchi, également coupable contre la Slovénie (0-1), a également cédé sa place. Place à Rais M'Bolhi, seulement 23 minutes de jeu au niveau international dans les gants.


M'Bolhi, la muraille


Mais, à 24 ans, le joueur formé à Marseille s'est aussi parfaitement acquitté de sa tâche. Gerrard (30e, 71e), Lampard (32e), Barry (39e) ou Rooney (43e) ont tour à tour buté sur le joueur du Slavia Sofia, à l'essai le mois dernier du côté de... Manchester United. Mais, si on n'oserait pas ôter tout mérite à la défense algérienne, les Anglais ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. L'équipe aux Trois Lions n'a rien montré. Ou si peu. A la 55e minute, une mésentente entre Steven Gerrard et Frank Lampard symbolise à elle seule l'incompatibilité entre les deux stars du milieu de terrain et les problèmes de construction de l'Angleterre. Carragher suspendu pour un deuxième carton jaune, la charnière centrale, déjà orpheline de Ferdinand et King, posera également problème au prochain match.


Les Fennecs pourraient presque en regretter de ne pas avoir réussi à signer un joli coup. Présents dans le pressing, les hommes de Rabah Saâdane ont parfaitement rempli leur mission : se montrer solides derrière et procéder par contres. Mais, hormis plusieurs accélérations de Karim Ziani (35e), ils n'ont jamais vraiment été en mesure d'aller jusqu'au bout de leurs intentions. Finalement, tout reste donc ouvert dans ce groupe C. La dernière journée s'annonce palpitante avec encore quatre équipe en lice. En 1990, l'Angleterre était allée jusqu'en demi-finale après avoir débuté par deux matches nuls (1-1, 0-0). Cette fois-ci, il lui faudra encore un succès, face à la Slovénie, pour assurer sur sa qualification. Et encore, elle ne sera pas sûre de terminer à la première place.