L'arbitrage vidéo en ligue 1 dès mars prochain ?

Voir le site Téléfoot

Carton rouge
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-09-09T12:30:35.422Z, mis à jour 2016-09-09T12:32:15.357Z

Le championnat de France pourrait devenir un championnat expérimental dès cette saison en testant la vidéo.

La France souhaite décidément être en pointe en matière de vidéo dans le football. Après avoir été la première équipe nationale à tester le dispositif, la FFF s’est porté candidate à l’expérimentation de l’arbitrage vidéo par le biais de la Ligue 1.

La Ligue 1, championnat test ?

Le dernier Italie-France risque définitivement d’entrer dans l’histoire. Pas nécessairement par le biais de son résultat anecdotique mais pour avoir été la première rencontre à étrenner un système d’arbitrage vidéo. Cette grande innovation pourrait avoir une suite en France puisque la Ligue 1 pourrait devenir dès mars prochain le premier championnat national à expérimenter le dispositif.

Répondant positivement à l’appel à candidature  lancé par l'International Football Association Board (IFAB), le championnat de France pourrait donc être désigné comme compétition pilote. Une expérimentation en deux phases :

·         Novembre 2016 : formation des arbitres assistants vidéo sans intervention sur le jeu

·         Mars 2017 : mise en place du dispositif sur des matches tests


Un dispositif sélectif

Dans le but de « préserver l’émotion et l’intensité du football », l’arbitre assistant ne pourra intervenir que dans quatre situations :

·         But : vérification de faute ou hors-jeu éventuel

·         Penalty : possibilité de revenir sur la décision et d’accorder ou annuler la faute

·         Carton rouge : possibilité de confirmer ou aggraver une décision, qu’elle soit ou non dans le champ visuel de l’arbitre central.

·         Avertissement ou exclusion : vérification du bon joueur à sanctionner

A noter que seul l’arbitre principal aura la possibilité de faire appel à  son assistant, contrairement certaines thèses qui avançaient un système de demandes pour les entraîneurs, qui utiliseraient leurs demandes -limitées à une ou deux par mi-temps- telles des jokers.