Dans l'actualité récente

L'atout Delgado

Voir le site Téléfoot

L'atout Delgado
Par Eurosport.fr|Ecrit pour TF1|2010-03-10T08:05:00.000Z, mis à jour 2010-03-10T08:05:00.000Z

Auteur à l'aller face au Real Madrid de son match le plus accompli depuis son arrivée à Lyon il y a deux ans, Cesar Delgado sera à nouveau titulaire mercredi soir à Santiago Bernabeu. A la fois artiste et travailleur, l'enfant de Rosario rêve maintenant d'un dénouement heureux face au Real.

Il vient de Rosario. Comme deux de ses illustres compatriotes, Lionel Messi et Che Guevara. Il n'a ni le côté génial de l'un ni la dimension historique de l'autre. Mais Cesar Delgado leur ressemble, comme il ressemble à Rosario. A la fois doué et guerrier, il porte en lui les gênes du football argentin qui, de tout temps, a été incarné à la fois par des surdoués et des combattants. C'est avec ces deux mamelles de son jeu que Delgado va aller défier le Real Madrid mercredi soir à Bernabeu. Pour réussir l'exploit, l'OL aura besoin d'autant de talent que de détermination.


Si l'histoire se finit bien en Castille pour les Lyonnais, cette double confrontation restera sans doute comme un moment charnière dans la carrière de Delgado. Lors du match aller, à Gerland, "El Chelito" a livré un match absolument énorme et une première période digne des plus grands. Pendant 45 minutes, sur son flanc gauche, il a donné le tournis au pauvre Arbeloa. Puis il y a eu cette merveille de volée du droit, juste avant la pause. Un bijou. Si le ballon n'avait pas achevé sa trajectoire sur le poteau droit de Casillas, c'eut été un des buts de l'année. La seconde période fut un peu moins flamboyante, et Delgado a fini sur les genoux, perclus de crampes. Car à sa production offensive (il a initié la plupart des occasions lyonnaises), il a ajouté un travail inlassable. Tenue de soirée et bleu de chauffe, toujours ensemble.


"J'ai retrouvé toute ma confiance"


Voilà en tout cas exactement le type de match qu'attendait le staff lyonnais quand il a fait venir cet international argentin sur les bords du Rhône, en janvier 2008, en provenance du Mexique. Pendant deux ans, Delgado a peiné pour s'imposer, ne jouant pas toujours, et rarement comme titulaire. Il a aussi connu beaucoup de problèmes physiques. L'arrivée de Michel Bastos, l'été dernier, ne semblait pas non plus de nature à lui dégager l'horizon. Au contraire. On avait fini par se demander s'il s'imposerait un jour. Ce jour est peut-être arrivé. Il n'est pas pour rien dans le regain d'équilibre du jeu lyonnais et avec des performances du niveau de celles du match aller contre le Real, Cesar Delgado peut devenir un pion essentiel de l'OL.


Après son match face au Real, il ne s'est attiré que des louanges. Celles de son entraîneur, notamment. "C'était sans doute son meilleur match avec Lyon, c'est vrai. Cela ne m'étonne pas car il a beaucoup progressé ces derniers temps", juge Claude Puel. "J'ai surtout retrouvé toute ma confiance, pour la première fois depuis mon arrivée en France", ajoute l'intéressé. Dommage qu'il ait connu un nouveau coup d'arrêt après la rencontre face aux Merengue avec une blessure aux adducteurs. Mais mercredi, il sera bien là, pour le plus grand plaisir de son compatriote et compère Lisandro Lopez, qui n'est pas pour rien dans son épanouissement cette saison. "Il était dans une très bonne phase avant de se blesser de nouveau. On s'est bien entendu sur le terrain ces derniers temps, et j'ai très envie de pouvoir rejouer avec lui", explique le buteur lyonnais.


Delgado est un peu devenu le facteur X de l'Olympique Lyonnais. Quand il évolue sur des hauteurs similaires à celles du match aller, l'équipe de Puel prend une dimension supplémentaire. Il rêve maintenant de remettre ça à Bernabeu. "Jouer à Bernabeu représente une motivation supplémentaire, assure-t-il. On ne joue pas tous les jours ce type de match. On pourra le raconter à nos petits-enfants. Il faut prendre du plaisir à jouer ce genre de match. Pour nos carrières, il y a beaucoup d'enjeux à tous les niveaux." En ce qui le concerne, l'autre enjeu, c'est la sélection. Il guette désespérément une 21e cape. A trois mois de la Coupe du monde, il veut encore y croire, même s'il avoue n'avoir eu aucun contact avec Diego Maradona depuis des mois. "Ca fait longtemps que je n'ai plus été convoqué. J'ai une chance infime d'y retourner, ce serait bien que je puisse me mettre en valeur dans un match comme celui-là." Pour l'OL, pour lui, pour la famille restée à Rosario et qu'il va voir dès qu'il le peut, Cesar Delgado a beaucoup de bonnes raisons de vouloir briller ce soir.