Dans l'actualité récente

L’équipe-type d’Arsenal sous l’ère Arsène Wenger

Voir le site Téléfoot

Arsenal : Thierry Henry, le retour de la légende
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-09-26T16:41:33.441Z, mis à jour 2016-09-27T08:32:54.332Z

Arrivé en 1996 chez les Gunners, Arsène Wenger a contribué à faire d’Arsenal une place forte du football européen. Les succès sont moins nombreux que par le passé mais l’Alsacien a quand même marqué l’histoire du club. Et l’équipe-type de ses 20 ans ferait trembler bien des adversaires !

1996-2016, et ça continue encore. Cela fait 20 ans qu’Arsène Wenger et Arsenal ont lié leur destin. Arrivé incognito, l’ancien entraîneur de Monaco a fait des Gunners une redoutable machine au début des années 2000. Les temps sont plus durs depuis 2006, mais le club londonien reste une valeur forte en Angleterre et en Europe.

En 20 ans, Arsène Wenger a vu passer bien des champions. La rédaction de Téléfoot s’est concertée et a plongé dans les archives pour dresser l’équipe-type, en 4-3-3, d’Arsenal façon Wenger.

Gardien : David Seaman (1990-2003)

Pouvait-on vraiment citer quelqu’un d’autre ? David Seaman, c’est tout un style, tout un genre qu’on ne voit plus aujourd’hui. Seaman, ce n’est pas qu’une chevelure et une moustache. C’est aussi un portier très fort sur sa ligne, intimidant, jamais le dernier à sortir face aux attaquants. Il y a bien quelques boulettes de temps à autres, mais il n’empêche qu’Arsenal a très longtemps cherché un gardien pour le remplacer durablement (Jens Lehmann, Guillaume Warmuz, Lukas Fabianski, Wojciech Szczesny, David Ospina, Petr Cech…).

Défenseurs centraux : Tony Adams (1983-2002) et Sol Campbell (2001-2006, 2010)

Tony Adams a été le défenseur central numéro un pendant presque 20 ans. Il est le deuxième Gunner à avoir disputé le plus de matches derrière David O’Leary (669 contre 722) et fut l’un des hommes de base d’Arsène Wenger. Sol Campbell a réussi à se faire accepter malgré son statut d’ex-joueur de Tottenham. Sa solidité, ses tacles rugueux et son jeu aérien en ont fait l’un des meilleurs défenseurs du monde au milieu des années 2000.

Latéraux : Lee Dixon (1988-2002) et Ashley Cole (1998-2006)

Lee Dixon a été inamovible sur le côté droit d’Arsenal pendant près de 14 années durant lesquelles son fighting-spirit a été un moteur pour les Gunners. Sa succession sur l’aile droite ne fut pas aisée. Ashley Cole, lui, est sorti de l’école d’Arsenal jusqu’à devenir une référence mondiale au poste de latéral gauche. Son départ pour Chelsea en 2006 fut vécu comme une trahison : en plus de voir partir un enfant du club, les supporters ont dû se séparer du meilleur arrière gauche de l’époque.

Milieu de terrain : Patrick Vieira (1996-2005)

« Vieira, ohohooooh, Vieira, ohohooooh…. ». C’est un air que feu le stade de Highbury a longtemps entonné en l’honneur du Français, arrivé à l’âge de 20 ans à Londres. D’espoir du ballon rond, Patrick Vieira est passé à monstre impossible à arrêter dans l’entrejeu. Infatigable, "Pat'" est devenu capitaine et a rayonné dans un championnat anglais taillé pour lui. Son départ pour la Juventus a coïncidé avec le déclin d’Arsenal.

Milieu de terrain : Cesc Fabregas (2003-2011)

Il est l’un des joueurs les plus emblématiques du flair d’Arsène Wenger pour dénicher les pépites de demain. Il est arrivé à Arsenal à l’âge de 16 ans et s’est rapidement hissé dans l’équipe pro. C’est simple : sachant à peu près tout faire, en attaque comme en défense, Cesc Fabregas a progressé jusqu’à devenir un milieu de terrain incontournable. Le départ de Patrick Vieira lui a permis de s’affirmer en tant que leader, puis capitaine. Il a finalement quitté les Gunners en 2011 pour retourner chez lui, au FC Barcelone, pendant trois saisons. Il évolue désormais à Chelsea. 

Milieu de terrain : Fredrik Ljungberg (1998-2007)

Teigneux talentueux, mannequin aux pieds d’or, Fredrik Ljungberg est un symbole du Arsenal conquérant des années 2000. A l’aise au milieu de terrain comme en phase offensive, il virevoltait sur les côtés et participait grandement au jeu pressant des Gunners. Malheureusement, des blessures ont souvent perturbé ses saisons. Mais à Arsenal, personne n’a oublié le Suédois.

Attaquant : Dennis Bergkamp (1995-2006)

Le Néerlandais génial. Il avait peur de l’avion et manquait quelques déplacements, mais le voir jouer était un régal. Dennis Bergkamp n’affolait pas tout le temps les compteurs, mais ses buts ont souvent été déterminants et splendides. Celui inscrit en 2002 contre Newcastle est l’un des plus beaux de l’histoire de la Premier League. Bergkamp, un esthète qui aimait faire jouer ses partenaires.

Attaquant : Ian Wright (1991-1998)

Une légende du club. Buteur prolifique, l’Anglais a porté Arsenal pendant sept ans. Arsène Wenger refusa tout net de débuter son aventure chez les Gunners si Wright n’était pas à la pointe de son équipe. Bien lui en prit : l’avant-centre boucla sa carrière londonienne avec enfin un titre de champion d’Angleterre. A ses côtés, Nicolas Anelka se révéla au plus haut niveau. Ian Wright amorça la montée en puissance d’Arsenal.

Attaquant : Thierry Henry (1999-2007, 2012)

Peut-être le footballeur le plus légendaire de l’histoire d’Arsenal. Il effaça Ian Wright des tablettes en devenant le meilleur buteur du club (228 buts), il martyrisa souvent le rival Tottenham, il fit partie des « Invincibles » de 2004, il a une statue à son effigie devant l’Emirates Stadium, il développa en Premier League ses buts « à la Henry » (débordement sur le côté, fixation du gardien, frappe enroulée dans le petit filet)…. Et la liste est longue. Bref : Thierry Henry, n°14.


Equipe-type d'Arsenal sous l'ère Wenger

Et aussi... :

Jens Lehmann, Martin Keown, Lauren, Nigel Winterburn, Emmanuel Petit, Robert Pirès, Ray Parlour, Marc Overmars, Robin van Persie, Mesut Özil, Ray Parlour, Sylvain Wiltord, Nwankwo Kanu, Nicolas Anelka...