"L'état d'esprit est là"

Voir le site Téléfoot

'Il faut s'accrocher'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-19T17:10:09.000Z, mis à jour 2010-04-19T17:10:09.000Z

Auteur du but égalisateur à Bordeaux (2-2) samedi, Cris est confiant avant le déplacement de Lyon au Bayern Munich mercredi, en demi-finale aller de la Ligue des Champions. Le défenseur brésilien de l'OL loue l'état d'esprit de son équipe, même si la préparation des Rhodaniens a été bouleversée.

CRIS, vous êtes rentrés en bus de Bordeaux dans la nuit de samedi à dimanche...


C. : Nous sortons d'un voyage de sept heures dans un bus. Ce n'est pas facile après un match très difficile à jouer. C'était compliqué. Déjà après un match, il est très difficile de trouver le sommeil, alors dans un bus, c'est encore plus difficile.


Vous vous apprêtez à faire de même pour aller à Munich?


C. : Nous n'avons pas le choix. Il faut accepter cela en raison de ce problème de nuage. Il faut voyager en bus. Nous ne sommes pas la seule équipe dans ce cas. C'est une période compliquée. Ce sont des matches importants pour le club et ce sont des obstacles à franchir. Si nous devons voyager en bus jusqu'à Munich, nous le ferons.


Pensez-vous que ces épreuves sont de nature à souder le groupe encore un peu plus ?


C. : C'est vrai que c'est fatigant mais l'état d'esprit est là. Nous avons une demi-finale de Ligue des champions à jouer. C'est la première fois pour le club et pour les joueurs. Nous serons obligés d'oublier cet aléas. En revenant de Bordeaux, nous avons parlé, rigolé, joué aux cartes. Peut-être cela soude-t-il un peu plus le groupe.


Que pensez-vous du 7-0 infligé par le Bayern à Hanovre ?


C. : Je pense que le Bayern était déjà une équipe en confiance avant d'affronter Hanovre mais mercredi ce sera une toute autre histoire.


Quel est votre sentiment sur le Bayern ?


C. : C'est une formation qui a des points forts et des points faibles. Il faut bien regarder ces choses. Il faut bien étudier le Bayern mais avec un voyage de dix heures en bus, nous pourrons bien en parler ! C'est jouable.


Vous aviez affronté le Bayern la saison dernière en Ligue des champions. Quel souvenir en gardez-vous ?


C. : C'était très différent. Nous étions en phase de poules. Aujourd'hui, il s'agit de jouer contre le Bayern en demi-finale. L'état d'esprit et l'ambiance seront totalement différents.


Pensez-vous que Jérémy Toulalan vous sera associé en défense centrale ?


C. : L'entraîneur n'a pas le choix. Nous n'avons pas de défenseurs actuellement. Lui, se sent super bien dans ce rôle. Nous nous sentons bien lui et moi. Nous nous comprenons bien et à chaque fois que nous avons joué ensemble en défense centrale, il n'y a pas eu de problème.


Croyez-vous que Jean-Alain Boumsong puisse être rétabli pour la demi-finale aller ?


C. : C'est un peu juste pour mercredi. Il faut voir avec le médecin et l'entraîneur. Je préférerais qu'il soit là pour le match retour plutôt qu'à l'aller.


Comment appréhendez-vous ce match aller à Munich ?


C. : Il faut que nous marquions un but là-bas. Il faut essayer de former un bloc défensif très fort et ne pas concéder de but. Nous connaissons la qualité du Bayern. Les trois qui jouent devant sont super bons et travaillent très bien avec le ballon. Robben et Ribery parviennent bien à rentrer et à provoquer des une-deux. Il faudra savoir obtenir un bon résultat à l'extérieur et un bon match à domicile au retour.


Après votre égalisation à Bordeaux, vous être tous allés voir Claude Puel. Qu'en est-il des relations du groupe avec lui ?


C. : Il est avec nous, toujours là. Il a beaucoup changé. Je l'ai dit plusieurs fois. Il est plus ouvert. Nous discutons plus. Il demande notre avis par rapport à certaines choses. Dans le vestiaire, il affiche une motivation incroyable. Il parvient à nous motiver. Il faut reconnaître cela.