L'oeil de Téléfoot - Le maillot tango de Lorient a 90 ans, mais son histoire est peu connue

Voir le site Téléfoot

Oeil de Téléfoot   FC LORIENT
Par CReaFeed - Ilyes Ramdani|Ecrit pour TF1|2017-11-02T16:49:51.929Z, mis à jour 2017-11-02T16:49:53.429Z

Mais pourquoi diable Lorient joue-t-il en orange ? La couleur tango et le noir ont toujours été liés au club du Morbihan, depuis sa création en 1926. Un tricot fait maison, la mode d'une danse argentine, l'adhésion des fans : voici l'histoire d'un maillot pas comme les autres.

Il y a des clubs pour lesquels il n'est pas bien difficile de comprendre d'où viennent leurs couleurs. Les armoiries de la ville pour Marseille, attaché à son bleu et à son blanc, ou Paris et ses fameuses couleurs bleues et rouges. Le drapeau monégasque rouge et blanc pour l'ASM. Le vert et le blanc de l'enseigne Casino pour l'ASSE. Et la liste pourrait continuer longtemps. Mais alors, pour Lorient et sa tunique orange reconnaissable au premier coup d'œil en L1… "C'est vrai que, maintenant que vous me posez la question, je n'en ai aucune idée", sourit Loïc, pourtant supporter du FCL et ancien bénévole au club.

L'histoire remonte au printemps 1926. Madame Cuissard – l'histoire n'aura pas retenu son prénom – vend du poisson à Lorient. Parce que ses employés aiment le football, elle leur crée une équipe corpo qu'elle appelle "La Marée sportive". Gérée par le fils Cuissard, Joseph, l'affaire est un succès, au point que la petite écurie d'entreprise est transformée en club à part entière. C'est ainsi que naît le Football Club de Lorient, petit club amateur du Morbihan. Qui dit nouvelle entité dit également nouveau logo, nouvelles couleurs, nouvelle identité…

Pour l'emblème, rien de très compliqué. A l'époque du foot corpo, les vendeurs de poisson avaient opté pour un grondin, du nom de ce cousin du rouget. Mais avec le changement de nom et le passage en football de compétition, les poissonniers font un bond en avant. Exit le grondin, place au prestigieux merlu, plus cher, plus prisé, plus classe.

Reste toutefois la question des couleurs, et donc de l'ADN visuel... C'est là qu'entre en jeu Charlotte Cuissard. Ce jour-là, la sœur du président porte un pull tricoté sur lequel figurent des damiers tango et noir. Rien d'extravagant : le tango, du nom de la danse importée d'Argentine ces années-là, fait fureur et la couleur rouge-orangée qui en découle est prisée de la jeunesse d'alors.

Des maillots chéris et cousus main

A noter tout de même que l'histoire diverge un peu sur cette partie de l'anecdote. Selon Jean-Charles Cuissard, un descendant de la famille qui a écrit un livre sur le FCL en 2014, ce n'est pas sur elle mais au bout de ses mains que l'orange si reconnaissable a été trouvé : "Dans la maison de la famille rue de la Marne, Charlotte, la fille de Caroline, tricote un pull à damiers tango et noir", écrit-il dans son ouvrage intitulé "La Première mi-temps des merlus".

Mais l'essentiel est ailleurs : Joseph Cuissard valide la trouvaille fortuite et fait du fameux combo noir-tango les couleurs de son club : "Le premier maillot du FCL était né et immédiatement adopté", affirme Jean-François Cuissard. Il devient une sorte de totem local, conservé et entretenu avec fierté. Pendant une dizaine d'années, le club fait ainsi appel à une couturière de Banalec pour confectionner, à la main, chaque maillot et y assembler les damiers un par un. Seul le gardien de but est exclu de ce privilège, prié quant à lui d'apporter sa propre tunique.

Près de cent après, le tango est toujours là. Et il tient à cœur les Lorientais. "Cette couleur, c'est l'emblème du FC Lorient, c'est un des éléments de notre identité qui est connu partout dans la France du football", se félicite Chantal Lohezic, présidente du groupe de supporters des Breizh Tango. Celui-ci regroupe soixante fidèles, dont certains présents, comme leur présidente, trois ou quatre jours par semaine au centre d'entraînement et chaque week-end auprès des joueurs de Mickaël Landreau. Dans un sourire, la fidèle supportrice ajoute même : "Le tango, il figure même dans notre nom de groupe, c'est vous dire son importance pour nous !"

Le tango et le merlu, les supporters y tiennent

La question du maillot est sensible chez les fans du FCL. Chantal Lohezic raconte : "Il y a quelques années, ils ont voulu changer la couleur du maillot. Ils nous ont montré ça, pour avoir l'avis des supporters. Et là, on a découvert qu'il n'y avait même plus d'orange sur le maillot ! Alors ça, on n'était pas contents. On l'a dit, on y tient au tango. Du coup, le club a changé son fusil d'épaule."

Dans un club où le palmarès se résume au gain de la Coupe de France en 2002, les emblèmes sont fondamentaux pour conserver une identité, au travers des histoires et au gré des joueurs et des entraîneurs qui se succèdent. Alors, même le Merlu devient un enjeu fondamental. "On n'avait pas du tout adhéré au nouveau logo, affirme par exemple Chantal Lohezic. Ce n'était vraiment pas terrible. Le Merlu avait changé, on aurait dit une sardine (rires)… Là aussi, le club a fait marche arrière et nous a écoutés."

"Aujourd'hui, quand on parle de Lorient, de quoi parle-t-on ?, fait mine de s'interroger Loïc, qui a déménagé en région parisienne après avoir supporté le FCL de près. Du beau jeu, de l'ère Christian Gourcuff, des Merlus et… du maillot orange ! C'est un élément reconnaissable, les gens nous connaissent comme ça et il faut que ça dure. Et puis, c'est original, personne ne joue en orange." Sauf peut-être les Pays-Bas, éternellement rattachés à la couleur dès qu'il s'agit de football. "La comparaison est flatteuse, au moins, sourit Loïc. Les Pays-Bas, c'est le beau jeu, la formation, le football offensif… En fait, ça nous ressemble un peu (rires) !"

Pourtant issu d'une rencontre hasardeuse, au détour d'un tricot, le mariage entre le tango et le FC Lorient n'est donc aujourd'hui plus remis en cause par personne. Le club s'offre même le luxe de capitaliser dessus pour renforcer son image. Il y a quelques mois, sur le site officiel du FCL, on lisait ainsi ces quelques lignes pour présenter le nouveau maillot : "Il a été travaillé par Adidas dans la plus pure tradition du FCL avec sa célèbre couleur orange symbole de dynamisme et d'enthousiasme." Tout est bon dans le tango.