Et l'OM a craqué...

Voir le site Téléfoot

Et l'OM a craqué...
Par Reuters|Ecrit pour TF1|2009-09-30T20:59:00.000Z, mis à jour 2009-09-30T20:59:00.000Z

Convaincant durant près d'une heure, Marseille a pris l'eau en six minutes face au Real Madrid (3-0), mercredi lors de la 2e journée de la Ligue des Champions. Les Marseillais, qui ont terminé à dix après l'expulsion de Diawara, sont derniers du groupe C avec zero point au compteur.

REAL MADRID - MARSEILLE : 3-0
Buts : Cristiano Ronaldo (58e et 64e), Kakà (61e s.p.)


Entre le Real et Marseille, il n'y avait pas deux mondes d'écart. Certes, ce n'est évidemment pas ce que reflète le tableau d'affichage de Santiago-Bernabeu, à l'issue du large succès madrilène face à l'OM (3-0). Mais pendant près d'une heure, les hommes de Didier Deschamps ont tenu la dragée haute aux Galactiques. Avant de craquer. En six minutes. Souleymane Diawara n'est pas étranger à cette déroute. Pris de vitesse par Cristiano Ronaldo sur le premier but des Merengue (1-0, 58e), le rugueux défenseur sénégalais a mis un peu plus son équipe en difficulté en se faisant expulser dans la foulée. Son carton rouge, comme le penalty transformé par Kakà (2-0, 61e s.p.), peuvent paraître sévères. Mais à 2-0 à une demi-heure du terme, le Real ne pouvait plus laisser filer sa deuxième victoire en autant de rencontres. Le club de la capitale ibérique l'a d'ailleurs scellée quelques secondes plus tard, lorsque Cristiano Ronaldo a conclu tranquillement une belle combinaison entre Benzema et Kakà (3-0, 64e).
Dix buts encaissés en quatre matches


Avant d'être K.-0, les Marseillais avaient rendu coup pour coup. En première période, ils auraient même pu mener au score si Niang, une nouvelle fois très remuant en attaque, avait gagné son duel face à Casillas (27e). Décisif à maintes reprises, Mandanda a remporté le sien devant Benzema (45e). Appliqué, bien en place, le bloc de l'OM a longtemps fait déjouer le rouleau compresseur madrilène. Mais les accélérations répétées et les permutations incessantes du trio Benzema-Kakà-Ronaldo ont fini par faire céder une défense qui avait déjà craqué trois fois samedi dernier, à Valenciennes (3-2). Et qui vient d'encaisser dix buts en quatre rencontres.


Comme face au Milan, Marseille a cru qu'il pouvait rivaliser avec un grand d'Europe. Comme face aux Lombards, il a payé cash ses inattentions et ses approximations. La bande à Deschamps compte zéro point en deux rencontres, une différence de buts largement déficitaire (-4). Ses chances d'accéder aux huitièmes de finale sont sérieusement compromises. Elles ne sont pas nulles : la victoire du FC Zürich à San Siro (0-1) lui permet de rester à trois longueurs de la deuxième place qualificative. La double confrontation face au champion de Suisse, les 21 octobre et le 3 novembre, lui laissent donc un espoir. Mais il est très mince.