L'OM bat Monaco au forceps pour croire encore à la Ligue des Champions

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-05-10T21:24:00.000Z, mis à jour 2015-05-10T21:31:19.000Z

Romain Alessandrini a offert les trois points de la victoire à l'OM, dans une rencontre difficile et où le coeur et les tripes ont pris la place du talent. Monaco loupe le coche.

Cueillis d'entrée par des Monégasques opportunistes, solides et globalement meilleurs, les Marseillais se sont finalement imposés avec les tripes au Vélodrome (2-1). Ils peuvent remercier un Alessandrini décisif, à la fois passeur et buteur.

Monaco loupe le break
Le match ne pouvait pas mieux commencer pour Monaco : dès la première incursion dans le camp marseillais, Moutinho a ouvert le score (1ère) et, ensuite, c'était un passage en mode gestion. Sans doute un peu trop d'ailleurs. Les Phocéens ont poussé face au bloc adverse et, dans un premier temps, n'ont jamais vraiment trouvé les solutions pour égaliser, d'autant qu'il y avait toujours un pied monégasque ou un arrêt de Subasic en guise de dernier rempart. Les hommes de Marcelo Bielsa auraient même pu retourner au vestiaire en étant menés 2-0, si Silva n'avait pas touché le poteau. Cela sentait le chaos pour l'OM, qui n'est vraiment pas passer loin de la correctionnelle et qui avait besoin de montrer un autre visage.

Les tripes et le coeur
On croyait les Marseillais au fond du trou et incapables de déstabiliser la défense des Monégasques. Et, finalement, il ne fallait pas les enterrer trop vite. Il y a d'abord eu cette mauvaise relance de Fabinho, permettant à Alessandrini de sonner la révolte avec une passe décisive pour Ayew (79ème). La folie s'est alors emparée de la rencontre et le même Alessandrini, après avoir manqué le dernier geste sur une contre-attaque qui méritait mieux, a profité d'un caviar de Payet pour ajuster Subasic et offrir la victoire à l'OM (87ème). Une réaction d'orgueil pleine de tripe et beaucoup de coeur devant un public bouillant.

Monaco loupe le coche, Marseille continue de rêver
Monaco pouvait mettre la pression sur l'Olympique Lyonnais, défait à Caen samedi. Finalement, le club au Rocher restera à six points de la deuxième place à deux journées de la fin, avec un goal average très défavorable (+22 contre +38). Autant dire que la messe est dite. En revanche, il doit désormais regarder dans le rétroviseur, car Saint-Etienne et Marseille ne sont qu'à deux petites longueurs. Le sprint final s'annonce donc des plus serrés entre ces trois équipes, sachant qu'il ne reste plus qu'une place en Ligue des Champions (tour préliminaire).