OM - Calendrier, Mitroglou: Garcia hausse le ton

Voir le site Téléfoot

RTX2Q3Z7
Par Thomas Ravenel|Ecrit pour TF1|2017-12-13T13:43:30.482Z, mis à jour 2017-12-13T13:43:32.543Z

Le cas Konstantinos Mitroglou, le calendrier, gérer la forme de son équipe… Autant de sujets que Rudi Garcia a évoqué en conférence de presse avant d'affronter Rennes en Coupe de la Ligue.

Après des remarques (presque) devenues habituelles sur l’arbitrage, l’entraîneur de l’OM s’en est pris au calendrier qui selon lui est trop surchargé. Un sujet qui l'inquiète, tout autant qu'une de ses recrues offensives. 

Mitroglou, puissance 2

Arrivée dans les toutes dernières heures du dernier mercato estival, Konstantinos Mitroglou nourrissait de grands espoirs du côté des supporters de l’OM. Et pour cause, depuis deux saisons l’avant-centre grec avait claqué entre 15 et 20 buts dans le championnat portugais avec Benfica. Mais pour l'instant, le compte n'y est pas pour l’imposant joueur de 29 ans qui enchaîne plus les difficultés que les buts. En plus d’avoir été blessé près de 70 jours, Mitroglou a manqué d'efficacité et compte seulement deux réalisations en dix confrontations toutes compétitions confondues. Et ce n’est guère mieux au niveau des offrandes pour ses coéquipiers puisqu’il n’en a tout simplement délivré aucune. Une situation qui ne réjouit guère Rudi Garcia avant de retrouver le Stade rennais en 1/8èmes de Coupe de la Ligue : « Mitroglou, il fallait bien le faire jouer parce qu'on l'avait recruté, ce n'était pas pour le laisser sur le banc de touche. Il a mis deux buts en quatre matches, c'était plutôt bien. Après, il n'a pas été performant… ». Dans le même temps, si Clinton Njie en est à 5 buts en Ligue 1, il faudra compter sur Valère Germain qui a enfin marqué ses deux premiers buts de la saison en championnat le week-end dernier. 

« Si on joue avec la CFA, il ne faudra pas s'étonner »

Cependant, il n’y a pas que sur le plan de l’attaque que l’OM voit flou. En effet, le calendrier s’annonce chargé pour les Phocéens durant la reprise avec notamment 10 matches entre le 13 janvier et le 24 février. Une situation qui pose logiquement le problème du repos des joueurs. Et si l’ancien entraîneur de l’AS Roma avait semble-t-il des solutions pour résoudre tout cela, elles ont été balayées d’un revers de main : « Sur le match retour à Braga, le 23 février prochain, on a demandé à jouer à 19h00, une question de bon sens pour ne pas rentrer épuisés à quatre heures du matin avant un petit match au Parc des Princes, trois jours plus tard. Ben non, on jouera à 21h05... Si on joue avec la CFA, il ne faudra pas s'étonner, on ne nous met pas dans les meilleures conditions. » Comment gérer le front de l’attaque phocéenne ? Comment gérer le calendrier à venir ? Autant de questions qui restent sans réponse.