L'Uruguay brise le rêve africain

Voir le site Téléfoot

L'Uruguay, 40 ans après
Par Anthony PROCUREUR|Ecrit pour TF1|2010-07-03T18:30:02.000Z, mis à jour 2010-07-03T18:30:02.000Z

L'Uruguay a privé le Ghana d'une première demi-finale d'un pays africain (1-1, 4 tab à 2). Menée au score, la Celeste retrouve le dernier carré pour la première fois depuis 1970 et y défiera les Pays-Bas. Les Black Stars, qui ont raté un penalty en prolongation, peuvent s'en mordre les doigts.

URUGUAY - GHANA : 1-1
Buts : Forlan (55e) pour l'Uruguay et Muntari (45+2) pour le Ghana


C'est la fin d'un rêve. L'Afrique ne verra pas un de ses représentants dans le dernier carré, pour la première fois qu'il accueillait la Coupe du monde. C'est donc dans un silence de cathédral que Soccer City a accueilli la qualification de l'Uruguay pour les demi-finales au terme de la séance des tirs au but (1-1, 4-2 tab). Une première depuis 1970. Pourtant, l'Afrique entière y a cru jusqu'au bout mais un penalty raté par Gyan en fin de prolongation et deux arrêtés de Muslera ont barré la route des Black Stars. L'enjeu était peut-être trop grand. Battus en huitièmes de finale il y a quatre ans en Allemagne pour leur premier Mondial, les Black Stars n'auront pas fait mieux que le Cameroun (1990) et le Sénégal (2002), seules équipes africaines ayant atteint ce niveau. La dernière marche était trop haute pour une équipe finaliste de la CAN 2010 et champion du monde des moins de 20 ans l'an dernier.


Face à un enjeu aussi énorme, la pression a forcement joué. Les Ghanéens, privés d'Ayew, auront ainsi mis une demi-heure à entrer dans leur match. Mais leur réveil n'est pas passé inaperçu. Une tête de Vorsah (30e), parfaitement servi par Muntari, puis une frappe de Gyan au ras du poteau (31e), après un énorme travail du virevoltant Boateng, ont sonné la révolte. Les hommes de Milovan Rajevac se sont vu pousser des ailes dans le dos et Boateng s'est essayé un retourné osé qui a tout de même donné quelques frayeurs à Muslera (45e). Mais la domination ghanéenne est finalement récompensée à quelques secondes de la fin grâce à Sulley Ali Muntari qui ouvre le score d'une frappe des 30 mètres (45e, 0-1). Une rédemption pour l'ancien banni.


Le sacrifice de Suarez


Mais l'Uruguay jouait également gros. L'équipe du premier quart de siècle de la Coupe du monde, championne en 1930 et 1950, se devait de sortir d'une longue éclipse. Elle n'avait d'ailleurs plus franchi le premier tour depuis 1990 et n'était même pas qualifiée en 2006. Pour renouer avec son glorieux passé, elle a pu compter une nouvelle fois sur Diego Forlan et Luis Suarez. Le premier a arraché l'égalisation d'un magnifique coup-franc (55e, 1-1). Le second s'est montré dangereux (26e, 63e, 77e). Sans succès. Mais l'attaquant de l'Ajax a peut-être qualifié son équipe en se sacrifiant en prolongation.


Lors d'une deuxième période de domination du Ghana, marquée par une nouvelle occasion de Boateng (118e), Adiyiah a bien cru délivrer les Africains. Mais Suarez a repoussé une nouvelle tête ghanéenne de la main sur sa ligne. L'Uruguayen était expulsé et Gyan envoyait le penalty sur la barre... (120e). Le Ghana a laissé passer sa chance et n'a pas rempli la lourde mission dont il était investi. Lors de la séance des tirs au but, John Mensah, le capitaine, excellent sur le terrain, et le jeune espoir Dominic Adiyiah ont eux aussi fait pleurer l'Afrique, comme Gyan, en voyant Fernando Muslera stopper leurs tirs. C'est donc l'Uruguay qui défiera les Pays-Bas mardi au Cap pour une place en finale...