Dans l'actualité récente

Laurent Pokou, légende de la Côte d’Ivoire et de Rennes, est décédé

Voir le site Téléfoot

error
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-11-14T11:07:58.117Z, mis à jour 2016-11-14T11:16:32.618Z

Il était l’un des grands attaquants du championnat de France dans les années 1970. Très admiré en Côte d’Ivoire, Laurent Pokou s’est éteint des suites d’une longue maladie. Un immense Éléphant s'en est allé.

Le football ivoirien est en deuil. Hospitalisé depuis près de deux mois, Laurent Pokou s’en est allé dimanche 13 novembre 2016. L’ancien footballeur s’est éteint à l’âge de 69 ans. Il était malade depuis de longues années. Ces derniers mois, Laurent Pokou était particulièrement diminué.

Même Pelé était impressionné


Dans un communiqué, la Fédération ivoirienne de football salue « une légende », un joueur qui « a connu la gloire grâce au talent exceptionnel de dribbleur et de buteur dont il était habité ». Bien avant la génération talentueuse qui émergea en Côte d’Ivoire dans les années 2000, Laurent Pokou brilla aux yeux du monde.

En 1972, il faisait partie de la sélection africaine invitée à la Coupe de l’Indépendance au Brésil, sorte de mini-Coupe du monde organisée pour célébrer les 150 ans de l’indépendance du pays. Au pays des gauchos, l’Ivoirien inscrivit un but et retint l’attention du roi Pelé, qui confiera : « Dommage que Pokou ne soit pas né brésilien ». Dans un message posté sur Twitter, Didier Drogba pleure justement « le Pelé africain ».

Un géant éternel à Rennes et en Afrique


Septième meilleur buteur de l’histoire de la sélection ivoirienne (19 buts en 62 rencontres), Laurent Pokou arriva en France en 1974. L’OM et Nantes notamment le courtisaient, mais François Pinault eut le dernier mot et le fit venir au Stade Rennais. L’artiste ivoirien fit beaucoup de dégâts dans les défenses hexagonales, mais les performances de Rennes ne suivirent pas. Cela n’a pas empêché l’Ivoirien de marquer les mémoires bretonnes. Aujourd’hui, tout le Stade Rennais est orphelin de l’un de ses joyaux.

Avec les Eléphants, Laurent Pokou n’a pu faire mieux qu’une troisième place lors de la Coupe d’Afrique des Nations 1968. Il prit part à la CAN à quatre reprises (1968, 1970, 1974 et 1980) et se distingua lors des deux premières éditions. L’attaquant termina meilleur buteur à chaque fois (6 et 8 buts, soit 14 buts au total) et garda le titre de meilleur buteur de l’histoire de la CAN jusqu’en 2008, année où il fut détrôné par le Camerounais Samuel Eto’o (qui a porté son total personnel à 18 buts en 2010 lors de sa 6e et dernière participation à la CAN). Un grand nom de l’histoire du football africain a tiré sa révérence.