Leeds United – Marcelo Bielsa donne sa première conférence de presse

Voir le site Téléfoot

Leeds United   Marcelo Bielsa   Première conférence de presse
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2018-06-25T19:47:06.662Z, mis à jour 2018-06-25T20:59:15.406Z

Nommé entraîneur du Leeds United le 15 juin, Marcelo Bielsa a donné ce lundi 25 juin sa première conférence de presse.

Après un passage très compliqué à Lille, marqué par la malchance (tribune écroulée à Amiens, blessure de Thiago Mendes) et les difficultés économiques du club nordiste, Marcelo Bielsa est enfin de retour à la tête d'un club : Leeds United, pensionnaire de la D2 anglaise,qui court après son prestigieux passé (finaliste de la C1 1975, 3 championnats d'Angleterre, une FA Cup).

Et ce lundi, Marcelo Bielsa a donné sa première conférence de presse qui a duré une heure et vingt minutes.

Son projet pour Leeds, son adaptation dans un nouveau pays

Adepte du beau jeu, Marcelo Bielsa, a présenté son projet de jeu : "Ce que nous allons essayer de faire est d'avoir la possession plutôt que d'essayer de récupérer la balle et mettre en place une transition défensive/offensive efficace avec un ballon qui restera au sol."

Marcelo Bielsa, qui s'est exprimé en espagnol pendant la conférence de presse, ne redoute pas la barrière de la langue et s'est renseigné sur l'histoire de Leeds : "Quand vous ne maîtrisez pas la langue vous avez une difficulté non dissimulée, mais il y a d'autres manières de transmettre ce que vous pensez aux autres. En France, je pense que j'ai réussi à transmettre ce qui déclenche de l'envie chez un footballeur. Je sais tout ce qu'un étranger peut ignorer en arrivant à Leeds. Ils m'ont donné une feuille avec des instructions pour venir à cette conférence et je l'ai perdue. Il y était écrit que Leeds est l'équipe qui avait fait venir le plus de monde en tribune la saison passée."

L'objectif de la saison

En vieux briscard du football, Marcelo Bielsa sait qu'il faut toujours se montrer prudent sur les objectifs à atteindre. Ancienne place forte de la Premier League, Bielsa sait que les supporters du club rêvent de retrouver l'élite du football anglais ce qu'il ne peut pas garantir : "Promettre quand il n'y a pas de certitude est une imprudence. Mais il est impossible de ne pas rêver de cet objectif. Ce qui donne un sens à tout projet sportif est l'illusion d'obtenir ce que tout le monde poursuit. Nous savons tous ce que c'est de réussir ou d'échouer dans un club comme Leeds. Je préfère essayer de prouver que de promettre."

Le mercato de Leeds

Comme il a coutume de le faire, Marcelo Bielsa est arrivé à Leeds en ayant décortiqué le jeu du club du Yorkshire la saison passée. Et il en a tiré de nombreux enseignements en vue du mercato d'été : "J'ai vu les 51 matches de Leeds. J'ai déjà décidé quels joueurs je veux garder, mais j'ai aussi écouté le club ainsi que leur évaluation des joueurs. Il n'y a pas de joueur que je veux garder alors que le club ne le veut pas. Leeds a environ 15 joueurs en trop et quatre ou cinq postes doivent être renforcées. La direction sportive s'est adaptée à mon idée que l'effectif ne doit pas être très important. Je veux qu'il soit suffisant pour que tout le monde ait du temps de jeu."

Et cela ne fait pas peur à Marcelo Bielsa d'avoir un effectif restreint pour aborder la longue et rude bataille de la D2 anglaise : "Je sais que le Championship se joue sur 46 journées. Et il y a 18 à 20 semaines au cours desquelles deux matches sont joués par semaine. Je pense qu'il y a quelques jeunes joueurs qui seront utiles pour compléter le groupe plus expérimenté."

Lille, Marseille : des souvenirs bien différents

Au cours de la conférence de presse, Marcelo Bielsa a été interrogé sur ses expériences passées, notamment en France, à Lille et à Marseille. Concernant le LOSC, il a fait part de son immense déception de ne pas avoir pu mener à terme son projet : "Lille est le pire souvenir de ma carrière. Pas à cause de la ville, des joueurs, des supporters ou des employés du club. Mon ego a été touché comme ce n'était encore jamais arrivé dans ma carrière. Ce n'est pas non plus à cause des résultats, suffisamment mauvais pour entamer l'estime que j'ai de moi-même, mais parce que j'ai été débarqué par les personnes qui m'avaient embauché alors que nous avions joué à peine 20% des matches."

A contrario, il garde un excellent souvenir de son passage à l'OM : "Marseille est un souvenir inoubliable. Le Vélodrome, avec ses supporters, est une des plus belles expériences que le football pouvait m'offrir."

A LIRE AUSSILe mystère Bielsa : Au cœur de la méthode Bielsa