Dans l'actualité récente

Leicester City a bien fêté son titre

Voir le site Téléfoot

Jamie Vardy avec Leicester City
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-05-07T20:00:30.262Z, mis à jour 2016-05-07T20:21:55.444Z

Le champion d'Angleterre a dignement célébrer son incroyable sacre face à son public.

Des rires, des applaudissements, des larmes de joie même... L'ambiance était au beau fixe ce samedi 7 mai au King Power Stadium, le stade bien-nommé de Leicester City. Couronnés champion d'Angleterre lundi après le match nul de Tottenham à Chelsea, les Foxes ont pu faire la fête avec leur public.

La promesse d'Andrea Bocelli

Même la pluie n'a pu doucher l'enthousiasme d'un stade tout acquis à son équipe. Les festivités ont débuté bien avant le coup d'envoi à 18h30 du match face à Everton. Plus tôt ce samedi, le nom de Leicester City a été gravé sur le trophée remis plusieurs heures après aux Foxes. Dans les tribunes, les visages bariolés de bleu et blanc affichaient d'immenses sourires. Et pour calmer les petites faims, des casse-croûtes et boissons aux couleurs de Leicester étaient distribués.

Une promesse est une promesse, et Andrea Bocelli n'a qu'une parole. Le ténor italien avait juré à l'entraîneur Claudio Ranieri qu'il viendrait entonner une chanson si son équipe devenait championne. Le coach a eu du mal à contenir ses larmes durant tout l'avant-match, et le chant Nessun Dorma interprété par Andrea Bocelli a provoqué bien des frissons dans les travées du stade.

Vardy en veut toujours plus

Comme le veut la coutume, les joueurs d'Everton ont salué leurs homologues en faisant une haie d'honneur à l'entrée sur le terrain. Puis, le match a commencé et Leicester a été digne de son titre et de son public. Jamie Vardy a rapidement ouvert la marque. Son partenaire Andy King a ensuite corsé l'addition. Riyad Mahrez a encore montré sur le terrain pourquoi il a reçu le titre de meilleur joueur de l'année en Angleterre. En seconde période, Vardy s'est offert un doublé qui n'est pas sans importance : le voici à une longueur de Harry Kane dans la course au titre de meilleur buteur. La réduction du score de Kevin Mirallas n'a pas fait douter le champion.

Le sacre, un an après le maintien

Au coup de sifflet final, la fête était loin d'être terminée. Le capitaine Wes Morgan a pu enfin brandir, sous les vivats et les paillettes, le trophée tant rêvé et qui semblait si lointain il y a un an, quand Leicester City luttait pour sa survie en Premier League. Les temps ont bien changé. Claudio Ranieri s'est débarrassé de sa réputation d'éternel second d'une bien belle manière.

Dans quelques mois, Leicester découvrira la Ligue des champions. Le mercato estival sera passé par là avant, et nul doute que plusieurs ogres européens vont tenter d'attirer quelques-unes des perles des Foxes. Kasper Schmeichel, N'Golo Kanté et Riyad Mahrez seront très courtisés. Mais le futur n'est pas la priorité de Leicester pour l'instant. Aujourd'hui, c'est jour de gloire en l'honneur d'une des plus belles pages de l'histoire du football britannique.