Dans l'actualité récente

Libéré de son litige avec le Lokomotiv, Lass Diarra égratigne l'OM : "Je me suis senti trahi"

Voir le site Téléfoot

2017 02 08T000000Z 1 MT1PANPPLOMEAG08022017051 RTRMADP 3 SOCCER MARSEILLE VS GUINGAMP LEAGUE 1
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2017-03-07T14:50:02.345Z, mis à jour 2017-03-07T15:18:37.168Z

Fraîchement débarassé de son litige envers le Lokomotiv Moscou, Lassana Diarra a vivement critiqué l’Olympique de Marseille dans un entretien donné à beIN Sports.

Lass Diarra prend enfin la parole. Libéré de son contrat avec l'Olympique de Marseille le 14 février dernier, le milieu de terrain s'est confié dans un entretien de 45 minutes donné à beIN Sports, lundi soir. L'international français, qui a annoncé que son futur devrait se jouer entre le Golfe et les Etats-Unis, n'a pas manqué d'égratigner l'OM, qui n'aurait pas "respecté ses engagements" envers lui l'été dernier.

Sur son faux départ de l'OM à l'été 2016 : "Une prise d'otage"

"J’ai dû me mettre d’accord avec le comité directoire établi par Margarita Louis-Dreyfus l’été dernier. Je me suis soigné en juillet et au mois d’août j’ai eu une discussion avec Franck Passi qui m’a demandé de donner un coup de main avant de me laisser partir à la fin du mois. C’est la vérité, personne ne savait ça. Mais au club, il le savait : "On te libère fin août." Je n’ai pas effectué de préparation, mais j’ai effectué les quatre matches demandés. (…)

Pour partir de l’OM, il fallait l’accord de trois parties : le mien, l’Olympique de Marseille et le futur club. Mais Marseille ne me laissait pas partir gratuitement. J’ai lu que l’OM m’avait dit de partir si je le désirais. Mais si cela avait été le cas, je serai parti depuis longtemps. L’OM a changé son discours : il voulait récupérer de l’argent sur le transfert, se fichait de l’amende. Et je ne pouvais pas accepter ça. On m’a dit "si tu payes telle somme, tu pourras partir."

"Je ne voulais pas aller au bras de fer"

Fin août, je suis arrivé avec un club qui m’intéressait, avec qui j’étais d’accord. L’OM était d’accord. Puis j’ai reçu un coup de téléphone à la fin du mois d’août à quelques heures de la fin du mercato pour aller rencontrer la probable future direction à Marseille. Je leur ai demandé si ce n’était pas un traquenard ? Puis on s’est vu. Je leur ai dit merci d’avoir pensé à moi, mais pour des raisons personnelles je voulais quitter le club. Cela a été un échange cordial, j’ai même été flatté. Mais le lendemain, j’ai appris qu’il ne voulait pas me laisser partir (…) 

On s’est apporté mutuellement, mais toute cette histoire n’est pas de ma faute. J’avais un contrat, et je ne voulais pas aller au bras de fer, donc je me suis tu. Mais cette histoire a eu un impact sur mes relations avec mes coéquipiers, l’entraîneur et sur ma famille. Cela a ressemblé à une prise d’otage."




Sur son amende : "Je n'ai pas demandé à l'OM de payer"

Désormais libéré du litige qu'il l'opposait à son ancien club, le Lokomotiv Moscou (qui lui réclamait 10,5 millions d'euros), Lassana Diarra est revenu sur cet épisode de l"amende" lors de son entretien à beIN Sports. Il a assuré n'avoir jamais demandé à son ancien club de payer pour lui.

"J’aurais pu aller dans une équipe qui aurait réglé mon amende et changé mon contrat. Car à l’OM, j’ai signé un contrat et je n’avais renégocié ce contrat. (…) Je n’ai pas demandé à l’OM de me payer mon amende, je voulais simplement partir ce n’était pas une histoire d’argent. Cela aurait été mieux qu’on me libère en août."


Son départ du club le 14 février :

"Ça a été très bien scénarisé. Quarante-huit heures avant le match, mon avocat et le président de l'OM discutaient d'une résiliation et avaient trouvé un accord de principe. Je suis alors en instance de départ à 99 %. Dans ma tête je savais que j'étais parti, et le club aussi. Je leur ai fait cadeau, au passage, de deux ans et demi de salaire."


Bonus Téléfoot : Le point sur l'affaire Lass Diarra (en octobre 2016)