Dans l'actualité récente

Liga : le Real ne lâche rien

Voir le site Téléfoot

RTSPA2O
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-12-03T18:58:54.275Z, mis à jour 2016-12-03T19:01:16.164Z

Le Real Madrid a arraché le nul en toute fin de match (1-1) sur la pelouse du FC Barcelone grâce à Sergio Ramos, et conserve six points d'avance sur son adversaire du jour. Les hommes de Zidane ne perdent plus depuis 33 matches.

Bousculé en seconde période, le Real Madrid a fait le dos rond avant que Sergio Ramos ne plombe l'ambiance du Camp Nou dans l'ultime minute de jeu réglementaire.

LaLiga : Zidane, dans la cour des grands

Un sommet sans relief

De ce choc planétaire au Camp Nou, on retiendra surtout que la peur a pris le pas sur la fièvre. Crispées, prudentes, les deux équipes se sont attachées à ne pas faire d’erreurs... au détriment du spectacle. Et c'est assez rare, si l'on se réfère à l'histoire récente des Clasicos, pour être signalé. La marque finale de 1 partout est un indice révélateur de ce manque d'envolées, seule la poussée barcelonaise au coeur de la seconde période, qui a fait suite au but de Suarez sur un coup-franc de Neymar (53e, 1-0), donnant un peu de hauteur à ce sommet. Mais sans plus de génie que ça, malgré l'entrée en jeu d'Iniesta (60e), les hommes de Luis Enrique seront assommés en fin de seconde période par des Merengue qui ne s'avouent jamais vaincu. Et ça fait 33 matches que ça dure.

Zidane : "Le grand coeur de notre équipe"

Le FC Barcelone manque une belle occasion de refaire son retard sur le leader. Il compte toujours six points d'écart au classement soit un presqu'un gouffre dans une Liga dans laquelle ces deux formations surclassent la très large majorité de leurs adversaires. Pour Zidane, coach heureux, ses hommes ont fait ce qu'il faut pour obtenir ce résultat au Camp Nou: «Je ne sais pas si le résultat est juste, mais c'est comme ça. Nous continuons à engranger. Nous avons eu des occasions en première période pour marquer, ensuite, quand ils l'ont fait, ils se sont réveillés. Il faut souligner une fois de plus ce soir le grand coeur de notre équipe, qui y a cru jusqu'au bout et a obtenu un match nul important. Notre travail collectif a été important, notamment de la part de Cristiano (Ronaldo) et Karim (Benzema).»

A un match du record

Ce n'est pas par hasard que le technicien français citent ses deux attaquants qui, s'ils ont mouillé le maillot, n'ont jamais su se montrer à leur avantage. A la différence de Messi et de Suarez par exemple dans le camp d'en face. Ou de la défense madrilène aussi solide derrière (Varane) que décisive devant (but de Ramos à la 90e). Voilà un résultat qui ajoute encore un peu à la légende de Zidane. Sous son commandement, le Real n’est plus qu’à un match du record absolu de l’histoire du club dans une série sans défaite (34 matches en 1988-1989). Des performances historiques pour une toute première expérience sur le banc et qui justifie sa nomination pour le titre d’entraîneur de l’année.