Ligue 1 : Les arbitres au centre des critiques

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-02-27T10:05:00.000Z, mis à jour 2012-02-28T14:43:46.000Z

La 25eme journée de Ligue 1 a été marquée par de nombreuses déclarations d'entraineurs contre les arbitres, coupables selon eux d'avoir modifié l'issue finale des rencontres. Petit tour d'horizon des critiques du week end.

De Brest à Nice, en passant par Lyon, les arbitres ont été habillés pour le reste de l'hiver.




Franck Dumas n'a jamais été très tendre envers le corps arbitral. A l'issue de la défaite du SMC à Nice, l'entraineur normand s'en est pris à Monsieur Bien accusé d'avoir oublié une faute de Monzon sur Hamouma : « Les vingt-deux acteurs ont eu du courage, du tempérament pour pouvoir jouer ce match, le seul qui n'a pas eu de cou*****, c'est l'arbitre ». Dumas a cependant présenté ses excuses ce lundi pour ces propos tenus à chaud.




Si la majorité des passionnés de foot s'est régalée devant l'un des plus beaux matches de la saison, Jean Michel Aulas et Rémi Garde ne sont pas du même avis. Ils accusent M. Fautrel d'avoir avantagé l'équipe parisienne en oubliant de siffler une faute lors du troisième but du PSG et en ayant accordé 4 minutes d'arrêt de jeu. Le président de l'OL a exprimé son mécontentement à la fin du match : « Je ne sais pas pourquoi et je ne sais pas s'il y a des intérêts qui dépassent le cadre du football à court terme. Mais c'est dommage ». De là à évoquer la thèse d'un complot ?




Didier Deschamps redoutait l'euphorie après la victoire de mercredi contre l'Inter en Ligue des champions. La défaite face à Brest a confirmé ses craintes mais le coach phocéen en veut surtout M. Buquet, coupable d'avoir oublié une faute de Martial sur Brandao dans la surface : « J'estime qu'au bout de trente secondes de jeu, il y a un penalty et certainement un carton rouge. Je préfère m'arrêter là (...) je pourrais dire des choses que je pourrais regretter ». L'arbitre de la rencontre ne s'est pas exprimé sur ces déclarations.




L'égalisation de Mevlut Erding en fin de match n'a pas calmé Frédéric Antonetti par rapport à l'expulsion précoce d'Apam. M. Turpin est accusé d'avoir biaisé la rencontre à cause des deux cartons jaunes infligés au défenseur rennais en l'espace de deux minutes seulement (37e et 38e) : « l'arbitre doit passer normalement inaperçu et ce soir (dimanche) on a vu que lui. J'ai été surpris de voir que M.Turpin n'allait pas au championnat d'Europe, maintenant je comprends pourquoi. » L'intéressé appréciera...


Cette recrudescence des critiques envers les arbitres devrait avoir des répercutions pour les accusateurs. Le Conseil national de l'éthique pourrait les convoquer afin qu'ils répondent de leurs comportements.