Dans l'actualité récente

Ligue 1 / LOSC - Bielsa : "Il n'y a absolument aucune possibilité que je renonce à mon poste"

Voir le site Téléfoot

RTX378PX
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2017-09-21T17:05:50.331Z, mis à jour 2017-09-21T20:51:00.422Z

Passé en conférence de presse, mercredi, Marcelo Bielsa a expliqué qu'il ne démissionnerait jamais de son poste d'entraîneur de Lille avant de s'emporter suite à une comparaison entre son passage à l'OM et sa situation au sein du LOSC.

Bielsa : "J'ai une conviction forte sur ce projet"


Avec Marcelo Bielsa, il se passe toujours quelque chose. Passé en conférence de presse mercredi, l’Argentin est revenu à la surprise générale sur son départ de l’Olympique de Marseille et surtout indiqué qu’il ne démissionnerait pas de son poste d’entraîneur du LOSC, actuellement embourbé à la 17e place du classement. "Je ne démissionnerai pas, je ne renoncerai pour aucune raison", a annoncé l’Argentin. "La seule possibilité pour que je cesse de travailler ici, c'est que je sois démis de mes fonctions. Et ça, ça ne dépend pas de moi."


Aux portes de la zone de relégation, avec un seul succès au compteur en six journées, le LOSC a mal débuté son nouveau projet lancé en début d’année après le rachat du club par Gerard Lopez. Même si elle questionne, la situation du club n’inquiète pas l’ancien sélectionneur de l’Argentine qui aime partir d’une feuille blanche, comme il l’avait fait en prenant en main la sélection du Chili il y a une décennie. Se sentant responsable de la situation, Bielsa a même fait son autocritique, comme souvent.


"Il n'y absolument aucune possibilité que je renonce à mon poste. Affirmer cela, c'est un acte d'imprudence", a-t-il ajouté. "J'ai une conviction tellement forte sur ce projet. Pour ce qui dépend de moi, je vais continuer de travailler avec davantage d'efforts tous les jours.  Je ne m'en irai pas d'ici même si nous devons lutter pour le maintien tout le championnat. Je suis un spécialiste lorsqu'il s'agit d'assumer des moments difficiles. Je connais la souffrance de la défaite. J'ai déjà lutté pour le maintien et j'ai connu la pire débâcle de l'histoire du football argentin (élimination au 1er tour de la Coupe du monde 2002, ndlr)"


Parti avec fracas de l’Olympique de Marseille au soir de la première journée de la saison 2015/2016, Bielsa s’est fait rappeler cet épisode par les journalistes présents au point presse. C’est à partir de ce moment-là que l’ancien entraîneur de l’Albiceleste a vu rouge et commencé un mano à mano verbal avec ses interlocuteurs.


"Le problème, c’est que comme vous ne savez rien, vous lisez les articles pour voir les rumeurs", a-t-il pesté en réponse à une question faisant le parallèle entre Marseille et Lille. 



Capture




Les explications de Bielsa quant à son départ de l'OM en août 2015 :


"Un ancien dirigeant a dit que j’avais quitté l’OM submergé par la pression de diriger le club. Quand je suis parti de Marseille, ce dirigeant de l’OM, qui était alcoolisé, a crié devant mes collègues : 'Mexico, Mexico, Mexico', comme si je quittais Marseille pour prendre la sélection du Mexique. 

Le président de la fédération du Mexique m’a bien appelé et il s’est senti offensé car je n’ai pas décroché. J’ai ignoré cet appel justement pour ne pas qu’on puisse dire que je quittais l’OM pour un autre travail.

J’ai quitté l’OM et tout le monde savait pourquoi.  Mais vous ne voulez pas le dire comme étant une info. Trois jours avant le début de la saison, l’avocat de la propriétaire, un Russe (Igor Levin, ndlr), et Philippe Pérez (l’ancien directeur général de l’OM de 2011 à février 2016, ndlr) étaient venus me voir pour me dire : 'On retire 10% sur votre contrat, sans argument. Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas contre vous. On retire aussi 10% à vos collègues'. 


J’ai dit : 'Vous êtes certains ? Vous représentez le président et la propriétaire du club'. Merci au revoir. Et je suis parti."