Ligue 1 : Brest officiellement relégué en Ligue 2

Voir le site Téléfoot

Ismael Traore - Brest
Par Martin TRAN|Ecrit pour TF1|2013-05-12T18:03:00.000Z, mis à jour 2013-05-12T18:07:30.000Z

Il avait obtenu un sursis lors de la journée de samedi grâce à un but tardif du bordelais Diabaté face à Nancy : le Stade Brestois est, depuis dimanche et la victoire sans appel d'Evian face à Nice, officiellement relégué en Ligue 2.

Avec désormais 8 points de retard sur le premier non-relégable, le Stade Brestois est officiellement relégué en Ligue 2. C'est Evian TG qui a crucifié les Bretons en l'emportant dimanche face à Nice (4-0), pourtant candidat au podium. Retour sur une saison galère sportivement, sans parler des fortes tensions présentes en coulisses.

Seulement 8 victoires en 36 matchs
A la trève, si on avait dû désigner une équipe certaine de descendre, 99% des connaisseurs auraient signé Nancy. Les Nancéens les premiers d'ailleurs... Cinq mois plus tard, la donne a bien changé : Nancy a enchaîné les victoires, et Brest les défaites. Neuf au total, série en cours d'ailleurs. Les hommes de Landry Chauvin sont alors devenus ceux de Corentin Martins, mais ça n'a pas changé grand chose : depuis la prise de fonction de l'ancien international français, Brest a enchainé six défaites de rang...

8 petits points lors des matchs retour
Classé 13ème avant une dernière défaite en 2012 face au PSG, Brest avait alors accumulé 21 points en 18 rencontres (soit 1,16 point par match) et pointait cinq points devant Sochaux, premier relégable à ce moment-là. Depuis, c'est la glissade infernale vers la Ligue 2, avec seulement deux victoires et deux nuls pour 14 défaites ! Entre la 19ème et la 36ème journée, le Stade Brestois n'a glané que 8 points, soit moins d'un demi-point par rencontre !

Plus mauvaise attaque et seconde équipe la plus perméable
Avec seulement 30 buts inscrits (dont 10 depuis la 19ème journée...), les Bretons sont la plus mauvaise attaque de Ligue 1. Le départ d'Eden Ben Basat (9 buts avant la trève) vers Toulouse fin janvier n'a rien arrangé, même si Florian Raspentino (4 buts) a bien essayé de jouer les sauveurs. La méforme de Bruno Grougi (9 buts et 4 passes l'an dernier contre 1 but et 1 passe cette saison) explique aussi ce manque d'efficacité devant le but. Enfin, derrière, si Alexis Thébaux a longtemps retardé l'échéance, il a parfois lui aussi craqué sous a pression. Et la longue blessure de Paul Baysse n'a en rien aidé.

On savait que Brest allait descendre, ne restait plus qu'à savoir quand. La balle victoire d'Evian face à Nice le fait sortir de la zone rouge en même temps qu'elle fait officiellement glisser Brest vers la Ligue 2.