Ligue 1 : Enthousiasme à Marseille, méthode Coué à Bordeaux

Voir le site Téléfoot

Marseille et West Ham tombent d'accord, Dimitri Payet de retour sur la Canebière
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2018-01-17T11:49:35.051Z, mis à jour 2018-01-17T11:52:54.812Z

Fortunes diverses lors la première levée de cette 21e journée. L'Olympique de Marseille, grâce à ses remplaçants (2-0 devant Strasbourg), peut rêver à toujours plus haut. Pour Bordeaux, la tête à l'envers face à Caen (0-2), l'heure est à l'union sacrée en dépit des apparences.

A Bordeaux, la crise est bien là

Pour les Girondins de Bordeaux, la respiration troyenne du week-end dernier a été balayée par une soirée cauchemardesque face à Caen dans son Matmut Atlantique. Malgré le revers, le 10e de la saison, la polémique mettant en cause les Brésiliens du club après le match et les rumeurs de remplacement de Gourvennec, on tente de garder le cap. Pas simple quand on est la pire équipe de la Ligue 1 sur ces quatorze dernières journées : 

- Jocelyn Gourvennec: "Ce n'est pas la première fois depuis plusieurs semaines que l'on a des scénarios improbables. Là, c'est encore dans un autre registre. c'était un match assez difficile, assez fermé. On n'a pas réussi à l'emballer. On voulait démarrer fort mais on n'a pas réussi à le faire (...) Pour avoir mieux, il aurait fallu faire mieux, c'est évident. Dans des situations comme ça, l'état d'esprit, l'abnégation, le courage on l'a et c'est indispensable mais pas suffisant. C'est toujours le jeu qui nous amène un peu plus haut. Dans le jeu, on avait bien mené notre affaire à Troyes, on a été efficaces mais dans le jeu aujourd'hui, on n'a pas été à notre niveau."

- Soualiho Meïté: "C'est frustrant mais il faut garder la tête haute. On ne lâche pas et on va tout faire pour revenir parce qu'une équipe comme Bordeaux ne peut pas jouer les dernières. Il faut remettre le club en haut."

- Jérémy Toulalan: "Il reste dis-sept matches au couteau où il va falloir se battre pour ne pas descendre."

A Marseille, ne surtout pas s'emballer

Côté Olympique de Marseille, en dépit d'une partition qui a longtemps laissé à désirer, les remplaçants de luxe (Njie et Payet) ont fait le nécessaire pour permettre aux supporters de rêver. Avec une deuxième place au classement ce matin, certains commencent même à avoir des étoiles plein la tête. Mais dans le camp olympien, l'enthousiasme reste mesuré où plutôt prudent. Du coup, Thierry Laurey s'en est chargé pour eux :"L'OM n'a plus grand chose à apprendre, il peut finir second."

- Rudi Garcia: "Il (Thierry Laurey) dit ça parce qu'on s'apprécie. Merci Thierry, ça fait du bien d'avoir des compliments. On verra si on fait partie du sprint final, mais l'objectif était d'être deuxième à la fin du match (....) On savait que ce serait difficile, on a joué il y a trois jours et cela favorise l’équipe qui vient défendre. On a plutôt bien démarré en première période mais on a cadré aucune de nos tentatives et donc le problème, quand on ne cadre pas, c’est que l’on ne peut pas marquer. En seconde mi-temps, on a été beaucoup mieux, plus dynamique et on a réussi, malgré un penalty de nouveau arrêté par le gardien adverse, à forcer la décision grâce aux entrants surtout, Clinton Njie et Dimitri Payet. Cela prouve l’importance du groupe. Il vit bien, il a envie. On aura besoin de tout le monde car on a beaucoup de matches."

- Dimitri Payet: "On est en train d'assurer la quatrième place, pour la suite on verra. Sur le match, on a manqué de rythme et de vitesse en première période, mais on a su rectifier en deuxième en faisant preuve de caractère."