Ligue 1 : L’arbitrage vidéo ce sera pour l’année prochaine !

Voir le site Téléfoot

France-Espagne : l’arbitrage vidéo autorisé, mais pour quoi faire ?
Par Thomas Ravenel|Ecrit pour TF1|2017-12-14T17:51:19.989Z, mis à jour 2017-12-14T17:51:22.430Z

L’assistance vidéo à l’arbitrage vidéo va faire son apparition sur les pelouses de Ligue 1 dès la saison prochaine.

Ce jeudi matin, la Ligue de Football Professionnel a voté en faveur de l’introduction à l’arbitrage vidéo. Une révolution qui sera appliquée lors du prochain exercice du championnat français.

La LFP en faveur de l'arbitrage vidéo

« Mitroglou a marqué un deuxième but qui a été injustement refusé. Il y a un danger, c'est que certains réclament moins de technologie. Au contraire j'en réclame plus et vite. Si la technologie ne garantira jamais le zéro erreur, elle sera à même de limiter les fautes. C'est absolument nécessaire vu les enjeux » pestait le président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud à l’issue de l’élimination du club phocéen en 1/8èmes de finale de la Coupe de la Ligue aux dépens du Stade Rennais. Une réalisation refusée à tort, qui n'est pas la première et qui n'est probablement pas la dernière à portée préjudices et contestations.

Pour autant ces faits de jeu pourraient bientôt diminuer à vu d’œil. En effet, ce jeudi matin, la LFP a voté pour faire entrer en vigueur l’assistance vidéo à l’arbitrage en Ligue 1 lors de l’exercice 2018/2019. Ce n’est plus qu’une question de temps pour que cette décision soit totalement définitive et validée par l’IFAB (ndlr, International Football Association Board), organisme en charge des lois du jeu, qui devra rendre son verdict en mars.


Une suite logique

Le championnat français n’est pas le premier à se tourner vers l'arbitrage technologique. En effet, en Bundesliga 306 matches vont être suivis de près par des arbitres devant des écrans et ce rien que cette année. Au Portugal, aux Pays-Bas et en Belgique aussi l'assistance vidéo s'est répandue avec notamment 48 matches sélectionnés pour la Jupiler Pro League. Du côté transalpin, ce sont tous les matches de Serie A qui vont également en bénéficier. Si la fédération espagnole voulait suivre cette marche, la procédure de l'UEFA et de la FIFA étant trop longue a contraint les instances ibériques a repoussé tout cela à l'année prochaine. En attendant, l’arbitrage vidéo se limite à la Supercoupe d’Espagne et à la Coupe du Roi. 

Cependant, en Angleterre, cette ébullition technologique n'est pas encore pour tout de suite. Au début de saison Mike Riley, le directeur des arbitres anglais confiait que la Fédération anglaise voulait prendre son temps dans le but d'être plus efficace : « L'IFAB s'est engagée à l'expérimenter pendant au moins deux ans. C'est important d'utiliser cette période pour identifier le meilleur moyen d'utiliser la technologie qui sera la plus bénéfique pour le jeu.» La révolution technologique est en marche.