Dans l'actualité récente

Ligue 1 : l'OM enfonce un peu plus Saint-Etienne

Voir le site Téléfoot

Valère Germain   Olympique de Marseille KV Ostende   Ligue Europa
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-12-10T22:13:21.150Z, mis à jour 2017-12-10T22:13:23.045Z

L'Olympique de Marseille s'est imposé facilement face à une équipe de Saint-Etienne toujours malade.

Mission accomplie pour l'OM, qui se devait de gagner après les hold-up de Monaco et Lyon. Les trois équipes comptent toujours le même nombre de points, loin derrière le PSG.

Germain ouvre son compteur en Ligue 1

C'était un match entre une équipe qui va plutôt bien - onze matches sans défaite de rang - et une autre qui ne va pas bien du tout - aucun succès depuis le mois d'octobre. Et ça s'est vu d'entrée sur le terrain : les Verts ont surtout cherché à se rassurer derrière en évitant de prendre trop de risques. Mais, en face, portés par un Payet généreux et un Thauvin inspiré, les Marseillais se sont vite engouffrés dans les brèches et n'ont pas attendu longtemps avant de profiter de l'apathie adverse. Ce qui a permis à Valère Germain d'ouvrir son compteur en championnat avec une tête consécutive à un corner (11e). 1 à 0, rien à dire.

Le doublé pour Germain

Après la pause, Saint-Etienne s'est montré un tout petit peu plus entreprenant et on peut le comprendre puisque Marseille ne s'était pas encore mis à l'abri malgré sa domination. Mais les Verts se sont faits punir par un contre ayant contraint Pierre-Gabriel à annihiler une action de but, donc à écoper d'un carton rouge (51e). A onze contre dix, l'OM n'avait plus qu'à dérouler. Après avoir touché deux fois les montants (une fois par Germain, une autre par Thauvin), Germain a parfaitement repris un centre de Thauvin pour le doublé (71e). Puis, Ocampos s'est chargé de plier l'affaire avec une frappe imparable (80e).

L'OM suit le rythme

Marseille signe un douzième match sans défaite en championnat, meilleure série en cours, dont huit victoires. Les hommes de Rudi Garcia parviennent ainsi à suivre le rythme de ceux de Bruno Genesio et de Leonardo Jardim. Et on en saura un peu plus sur les ambitions de chacun dans une semaine, après l'Olympico, un véritable choc pour une place sur le podium. Car, à la fin, il y aura forcément un couillon parmi ces trois équipes.