Ligue 1 : Marseille freiné par Monaco

Voir le site Téléfoot

marseille
Par Christopher LE CAËR|Ecrit pour TF1|2018-01-28T22:39:32.505Z, mis à jour 2018-01-29T19:06:54.828Z

En clôture de la 23e journée de Ligue 1, Marseille et Monaco se sont quittés sur une score de parité (2-2). Un résultat qui profite à Lyon, toujours 2e malgré sa défaite à Bordeaux (1-3).

2-2. Voilà un score qui n’arrange pas vraiment Marseillais et Monégasques. Ce résultat nul profite principalement aux Lyonnais qui conservent leur deuxième place au classement, malgré leur défaite un peu plus tôt dans journée sur la pelouse de Bordeaux (1-3). Dans un match spectaculaire au Vélodrome, les deux équipes auront tour à tour mené au score… l’espace de quelques minutes seulement.

Monaco démarre fort

Privée de Lemar, blessé, l’ASM n’a pas perdu de temps pour prendre les devants dans ce choc. Suite à un ballon perdu par Payet au milieu du terrain, le contre a été conclu par Keita Baldé, plein de sang froid face à Mandanda (0-1, 4e). Son 6e but en Ligue 1. Un avantage de courte durée. Pas le temps de douter et Rami a remis en selle les Marseillais d’une tête ravageuse, dans une défense monégasque apathique (1-1, 7e). Plus entreprenante, l’OM, avec Sanson titulaire dans l’entrejeu aux côtés de Gustavo, s’est par la suite créée les plus belles occasions, par Payet après un festival de Thauvin côté droit (28e), puis par l’ancien Bastiais lui-même (44e).

Et Germain a surgi…

Le scénario de la première période s’est répété au retour des vestiaires, avec deux buts précoces. Le coup-franc de Payet a d’abord été repris par Germain, qui a marqué d’une tête plongeante au premier poteau, face à son ancien club (2-1,47e). Encore dans l’euphorie, Marseille a manqué de lucidité lorsque Fabinho s’est baladé dans la défense avant d’ajuster Mandanda (2-2, 51e). Une défense marseillaise qui avait dû subir quelques changements pour ce match. En l’absence d’Amavi, Sakaï avait poursuivi l’intérim côté gauche, laissant Sarr à droite. 


Les deux formations ont offert un match de qualité, plein de rythme. Si Jemerson a vu son but de la tête être refusé pour une position de hors-jeu inexistante (57e), ce sont les Olympiens qui ont mieux fini la partie. Germain (59e et 79e), puis Sanson (83e) manquant de peu d’être les héros du soir.