Ligue 1 : Marseille n'a pas décollé

Voir le site Téléfoot

error
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-10-30T22:33:49.054Z, mis à jour 2016-10-30T22:44:49.785Z

L'Olympique de Marseille de Rudi Garcia n'a pas réussi son examen de passage au Vélodrome. Un triste nul (0-0) face aux Girondins de Bordeaux a sanctionné ce dernier match de la 11e journée.

Quelques rushs de Thauvin, la blessure de Gomis et quatre tirs cadrés : voilà tout ce qu'il y a retenir de ce dimanche soir au stade Vélodrome.

Et si l'OM de McCourt ressemblait à ça ?

Le Vélodrome y croyait

Franck McCourt pouvait avoir le sourire à l'heure du coup d'envoi. Après une semaine rondement menée avec l'arrivée d'Andoni Zubizarreta à la direction sportive du club quelques jours après la nomination de Rudi Garcia au poste d'entraîneur, 55 000 spectateurs - record de la saison largement battu - mettaient l'ambiance à l'entrée de son équipe sur la pelouse. Une ambiance made in Vélodrome qui a du rassurer le nouveau président sur son investissement. La réalité a rattraper ce dernier au coup de sifflet final dépité certainement devant l'absence de spectacle. S'il n'est pas encore floué, les 55 000 curieux du soir l'ont été.

L'ennui pendant 80 minutes

Dans le droit fil de sa prestation au Parc des Princes il y a une semaine, l'OM a surtout joué pour ne pas perdre et de ce point de vue là, la mission est remplie. Avec 60% de possession de balle et des Girondins inoffensifs dans les 30 derniers mètres, cela aurait été un comble. Mais ce qu'on demande à l'OM de Garcia, c'est de gagner et à défaut d'emballer une partie. En étant généreux, on dégagera un dernier quart d'heure positif. C'est ce que préférait retenir le nouvel entraineur olympien une fois le match terminé. "J'ai plutôt bien aimé la seconde période. Ce qui nous a manqué, c'est de cadrer nos tirs. J'en ai comptabilisé neuf en seconde période. C'était notre souci du soir."

"Il y a du travail, on le sait"

Mais l'ancien Romain n'est pas dupe. Le mal est profond et les progrès ne sautent pas aux yeux. "Il faut laisser le temps aux joueurs d'assimiler ce que je leur demande depuis dix jours seulement, plaide t-il. On a vu ce soir que par moments il y a eu du mieux notamment après l'entrée en jeu de Cabella. Petit à petit, les joueurs comprennent et comprendront encore mieux. Mais il y a du travail on le sait."  Avec ce point du nul, Girondins et Marseillais végètent dans le ventre mou du classement de la Ligue 1 (9e et 10e avec 16 et 14 points). A respectivement 13 et 15 points du leader niçois. Une différence pas seulement arithmétique au regard des prestations livrées ce dimanche par les trois formations.