Ligue 1 : Metz a subi la vengeance du PSG

Voir le site Téléfoot

Kylian Donatello Mbappé
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2018-03-10T18:05:20.491Z, mis à jour 2018-03-10T18:05:22.348Z

Le PSG s'est vengé de son élimination en Ligue des Champions en étrillant le FC Metz au Parc des Princes.

Sans surprise, le PSG a passé ses nerfs sur le FC Metz, quatre jours après avoir dit adieu à la Ligue des Champions. Les Parisiens menaient déjà 4 à 0 à la pause.

Passer ses nerfs

Le PSG n'a pas fait dans la dentelle et c'est la lanterne rouge du championnat de France qui en a fait les frais. Opposés à des Messins trop limités, les Parisiens n'ont pas eu le temps de tergiverser. Soucieux de se redonner un soupçon de baume au cœur après la désillusion européenne, ils ont marqué sur leur première action par l'intermédiaire de Thomas Meunier (5e). La suite ? Un festival offensif pour mener 4 à 0 à la pause grâce à un doublé de Nkunku (20e, 28e), titularisé en l'absence de Cavani (suspendu) et Neymar (blessé), et une quatrième réalisation signée Mbappé (45e).

Une manita pour oublier (ou pas)

La seconde période n'aura été qu'une formalité pour signer une énième victoire face à un adversaire bien inférieur. Pour soigner les statistiques et s'offrir une manita ayant fait le spectacle à défaut de panser une plaie, Thiago Silva a ajouté un cinquième but à la facture, en claquant une tête sur un corner envoyé par Lo Celso (82e). Ce large succès vient, en tout cas, rappeler que le PSG demeure une machine intraitable dans les compétitions nationales. Et il permet aux Parisiens d'éviter la gueule de bois en optant pour une remobilisation immédiate, nécessaire au regard des échéances qu'il reste d'ici la fin de la saison.

Metz s'enfonce

Si Metz a caressé l'espoir de réaliser un miracle en enchaînant les belles performances il y a quelques semaines, la lanterne rouge accuse sérieusement le coup depuis. Et la voilà provisoirement à huit points de Troyes, barragiste. Autant dire que les Messins filent tout droit en Ligue 2. Pour le PSG, en revanche, il n'y a aucun souci à se faire : le club de la capitale conserve son matelas de 14 points d'avance sur Monaco, son dauphin.