Ligue 1 : Paris ne tient pas la distance

Voir le site Téléfoot

error
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2014-09-21T20:19:00.000Z, mis à jour 2014-09-21T21:39:27.000Z

Logiquement accroché par l'Olympique lyonnais sur sa pelouse du Parc des Princes (1-1), le PSG ne compte que dix points après cinq journées. Le champion en titre est à trois longueurs du trio OM-Bordeaux-ASSE.

Le PSG confirme sa passe difficile en concédant le match nul face à l'OL en clôture de la sixième journée.


Paris encore trop court

Pour la quatrième fois de la saison, le PSG a laissé filer un match qu'il semblait avoir en main. La dernière fois, ce n'était pas plus tard que mercredi dernier en coupe d'Europe à Amsterdam (1-1). Au terme d'un scénario identique ce dimanche soir, la maîtrise en moins, les Lyonnais, qui ne l'ont pas volé, ont récolté un point. Par l'intermédiaire de Tissolo, qui a vu sa frappe se dérober de la lucarne de Sirigu dans les dernières secondes de la partie, ils n'ont pas été loin de décrocher la timballe. Si la crise n'est pas encore d'actualité au PSG, ses prochaines sorties seront scrutées de près. Tout comme celles d'Ibrahimovic, dans un jour sans ce dimanche.


Fournier : "On y a cru jusqu'au bout"

Hubert Fournier, coach satisfait, louait la prestations de ses hommes : "Je veux leur (ses joueurs) tirer un coup de chapeau parce qu'ils ont fait le match qu'on attendait. On avait une misssion difficile et on s'est donné les moyens de la réussir." Dans le détail, les satisfactions ne manquent pas : "On prend le but sur une faute de marquage (tête de Cavani à la 20e sur un centre de Digne) mais on ne s'est pas désuni. On y a cru jusqu'au bout. On a fait preuve d'une grosse discipline et de plus de rigueur qu'auparavant. On a également eu la volonté de se projeter vers l'avant avec nos deux attaquants et de planter quelques banderilles dans une équipe qui est un peu moins bien en ce moment."


Sirigu : "Il faut donner 110%"

Côté parisien, certains visages ne trompent pas. Comme ceux de Cavani et Lavezzi, frustrés d'être remplacés au milieu de deuxième mi-temps au sortir de prestations convaincantes. Davantage que celle d'un Zlatan passé comme un zombie à travers la rencontre (première frappe cadrée à la 76e). Si Paris a impressionné pendant les vingt premières minutes, endossant à nouveau le costume de conquérant de l'an passé (Digne, Lavezzi et Cavani ont été très bons), il n'a pas tenu la distance. Encore une fois. Ce qui fait dire à Salvatore Sirigu, décisif sur une frappe de N'Jie (83e), qu'il est l'heure de remettre le bleu de chauffe : "Pour nous, c'est plus difficile pour nous que d'ordinaire. Il faut donc en faire plus, donner 110%."


Lors de la prochaine journée, le PSG se déplacera à et l'OL recevra