Ligue 1 : Des regrets pour l'OGC Nice

Voir le site Téléfoot

Lucien Favre   OGC Nice
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2018-04-14T10:23:00.838Z, mis à jour 2018-04-14T10:23:25.721Z

Nice n'a pu faire mieux qu'un nul à Angers malgré l'ouverture du score de Pléa et pourrait perdre du temps dans la course à la cinquième place au terme de cette 33e journée.

Buteur pour la huitième fois en cinq journées, Alassane Pléa n'a pas suffi aux Aiglons rejoints au score dans les cinq dernières minutes à Angers. Frustrant.


Nice au ralenti


Cela fait longtemps que, du côté de Nice, l'on a arrêté de regarder le verre à moitié plein. Quand bien même l'entame de championnat fut catastrophique et plombante, le Gym a depuis redressé la barre et retrouvé un rang plus conforme à l'empreinte laissée ces deux dernières saisons. Impossible pour eux désormais de se contenter de peu et c'est pourtant ce qu'ils ont du faire, encore une fois hier, sur la pelouse du stade Raymond-Kopa.


Des concurrents à l'affût


Si, à la faveur de ce nul récolté face au SCO, les Niçois ont provisoirement gagné une place et se retrouvent sixièmes du classement, la situation pourrait se dégrader au fil des rencontres du week-end. Ses concurrents dans la course à l'Europe (Rennes, Nantes, Montpellier et Saint-Etienne) affrontent tous des adversaires à leur portée et il y en a bien un ou deux qui sautera sur l'occasion. D'où les regrets non-feints de capitaine Dante au sortir du match: "On est frustré, dit-il au micro de Canal+. On a dominé tout le match, on s'est créé des occasions et eux n'ont pas eu grand-chose. Encore une fois on se fait rejoindre..."


Pléa, 8 buts en 5 matches


Dante a raison d'insister sur ce dernier point. Sur les neuf derniers matches, le Gym a égaré douze points en route après avoir ouvert le score. Hier soir, c'est Alassane Pléa qui avait montré la voie à ses coéquipiers sur un bon service de Seri (67e). Son huitième but en cinq matches (!). Bien que privés de Balotelli, malade, et de Cyprien, victime de soucis musculaires, les Niçois avaient l'emprise sur la rencontre au contraire d'Angevins peu entreprenants. Le dénouement (égalisation de Fulgini à la 84e) en est d'autant plus "frustrant", selon le terme employé par Lucien Favre lui-même. "Le prochain match contre Montpellier (dimanche 22 avril) est très important (...) Il reste cinq finales", concluait Dante, comme une promesses à ses supporters.