Ligue 1 : Saint-Etienne a cru pouvoir faire tomber le PSG

Voir le site Téléfoot

RTX5IAUC
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2018-04-07T08:10:06.750Z, mis à jour 2018-04-07T08:10:39.760Z

Saint-Etienne a craqué dans les derniers instants du match face au PSG, alors que les Verts méritaient amplement leur victoire.

Saint-Etienne est passé tout proche d'un exploit retentissant : faire tomber le PSG. Mais les Verts ont craqué dans le temps additionnel et concédé un nul regrettable. Les Parisiens ne seront pas champions ce week-end.

Pas de titre pour le PSG

L'équation était simple pour le PSG : une victoire à Saint-Etienne associée à une défaite de Monaco lors de la 32e journée leur offrait le titre. Elle était visiblement trop simple. Bousculés comme rarement cette saison à Geoffroy Guichard, les hommes d'Unai Emery ne sont pas passés loin de la correctionnelle. Il aurait fallu, pour cela, que les Verts concrétisent un peu mieux leur immense première mi-temps, pendant laquelle il s'est passé l'essentiel des faits marquants de la rencontre. En l'occurrence : des manqués stéphanois, l'ouverture du score de Cabella (17e), un penalty raté du même Cabella (31e) et l'expulsion de Kimpembe (41e).

Cabella s'en mord les doigts

"Je m'en veux énormément" : cette phrase, lâchée devant les médias, doit encore raisonner dans la tête de Cabella, qui a eu une occasion en or d'assommer les Parisiens avec un penalty frappé trop mollement, un cadeau pour Areola qui n'en demandait pas tant. A 2-0, l'histoire du match aurait sans doute changé et Cabella aurait pu être le héros d'une soirée improbable au terme de laquelle les Verts seraient ressortis victorieux d'un face-à-face avec le PSG, ce qui n'est plus arrivé depuis le 3 novembre 2012. "J'étais parti pour mettre une panenka et je ne sais pas pourquoi j'ai changé au dernier moment…" explique l'intéressé. Un raté qui a permis aux Parisiens d'y croire jusqu'au bout, malgré l'intégralité du second acte disputée en infériorité numérique.

Debuchy marque contre son camp

Le résultat est d'autant plus cruel pour l'ASSE que c'est Debuchy qui a privé son équipe d'une victoire amplement méritée, déviant un centre de Meunier prolongé par Mbappé (90e+2). Au bout du temps additionnel, comme si, quoiqu'il arrive, la marche resterait trop haute. Car, après la pause, force est de reconnaître que le PSG a beaucoup mieux joué, revigoré par l'entrée en jeu de Cavani à la 68e minute. L'Uruguayen a failli égaliser devant le but vide suite à un caviar de Di Maria (76e). Sur l'action précédente amenant au contre, Tannane avait trouvé la barre d'Areola… Cruel, on disait.

Saint-Etienne, invaincu depuis dix matches de Ligue 1, manque l'opportunité d'affirmer ses nouvelles ambitions dans la course à l'Europe. Mais on se dit que le club entrainé par Jean-Louis Gasset a retrouvé suffisamment d'allant pour continuer de rêver. De son côté, le PSG préfère visiblement fêter le titre la semaine prochaine : ce sera au Parc. Et face à Monaco. Une autre saveur.