Ligue 1 : Trapp s'est encore troué mais le PSG était trop fort pour l'OL

Voir le site Téléfoot

Kevin Trapp (PSG)
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-12-13T21:54:51.036Z, mis à jour 2015-12-13T22:03:32.140Z

Malgré une nouvelle boulette de son gardien, le triple champion de France en titre a pulvérisé la formation d'Hubert Fournier (5-1) et conforte encore plus sa première place au classement.

Et de quatre... Ce dimanche soir, en clôture de la 18e journée de Ligue 1, Kevin Trapp a commis une nouvelle boulette qui aurait pu coûter cher au Paris Saint-Germain. Heureusement pour le triple champion de France en titre et son gardien, il n'en a rien été face à un Olympique Lyonnais courageux mais beaucoup trop inférieur pour pouvoir en profiter.

PSG : Blanc, la nouvelle dimension


Paris n'a pas eu à forcer

Affaiblie par de multiples absences (notamment celles d'Alexandre Lacazette et Mathieu Valbuena), la formation d'Hubert Fournier a livré une entame de match catastrophique, la faute à une incapacité à ressortir le ballon proprement ainsi qu'à une défense centrale aux oubliettes. Le duo composé de Mapou Yanga-Mbiwa et Jérémy Morel n'a cessé de cumuler les erreurs de marquage, ce qui a permis au club de la capitale, appliqué à défaut d'être brillant, de planter cinq buts avec un doublé de Zlatan Ibrahimovic (11e, 77e), Serge Aurier (17e), Edinson Cavani (61e) et Lucas (90+2).

Tolisso : "On a dégradé l'image de l'OL"


La concurrence des gardiens relancée ?

La soirée aurait donc pu être parfaite si Trapp ne s'était pas de nouveau troué. Servi par Clément Grenier à 30 mètres des buts, Jordan Ferri a profité de la fébrilité du gardien du PSG, coupable d'une grosse faute de main, pour réduire le score à deux buts à un après 20 minutes de jeu. Une erreur sans conséquences sur le plan comptable qui a néanmoins remis les Gones dans la partie et provoqué de multiples moqueries en tribunes, le public du Parc des Princes n'hésitant pas à applaudir l'Allemand lors qu'il captait un ballon facile quelques minutes plus tard.


Après ses deux boulettes face à Bordeaux (2-2) puis sa sortie hasardeuse contre le Real Madrid en Ligue des Champions (défaite 1-0), l'ex-portier de Francfort a ajouté une nouvelle bévue à sa collection. Si l'essentiel est clairement ailleurs ce dimanche soir avec un nouveau titre de champion de France qui se rapproche de plus en plus (17 points d'avance sur le deuxième Angers), le PSG va tout de même devoir se poser quelques questions sur son gardien de but. D'autant qu'un certain Salvatore Sirigu ronge son frein sur le banc de touche.


Benoît Costil : “On est dur avec Kevin Trapp” (Téléfoot - septembre 2015)