Dans l'actualité récente

Ligue des Champions : Benzema et le Real Madrid piétinent l'OL

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-10-19T08:59:00.000Z, mis à jour 2011-10-19T09:59:59.000Z

Rendant visite au Real Madrid en phase de poules de Ligue des Champions, l'OL n'a rien pu faire : un 4-0 sec, avec un bon Karim Benzema (mais un Cristiano Ronaldo moyen). Retour dans 15 jours à Lyon.

Alors que le Real Madrid et l'Olympique Lyonnais s'étaient affrontés 8 fois en Ligue des Champions lors des 6 dernières, le bilan était étrangement favorable aux Français : 3 victoires, 4 nuls et une seule défaite. Mais le Real Madrid a beaucoup changé...

Sous la conduite de José Mourinho, et grâce à un effectif constellé de star, le Real évolue dans une autre dimension. Les Lyonnais sont forcés de l'accepter, et traversent ce match en spectateurs. Sans forcer, le Real fait un festival : but de la tête de Benzema suite à un corner (19e), but de Khedira sur une offrande de Benzema (47e), but de Lloris contre son camp sur un centre d'Özil, et but de Sergio Ramos, là aussi sur corner (81e). Malgré quelques légers frissons (par Gomis, 28e, 29e), l'OL n'a jamais espéré.

Malgré la pléiade de grands noms couchés sur la feuille de match, c'est une partition collective qu'a offert le Real Madrid aux rhodaniens, relégués au rang d'élèves. 68% de possession de balle au total, avec des phases où Lyon ne touchait plus le cuir ; le Real a joué avec son adversaire, grâce à une qualité technique supérieure. On a vu un très bon Benzema (décisif, alors qu'Higuain le menace), un excellent Özil (menacé, lui, par Kaka) et... un Cristiano Ronaldo emprunté, peu inspiré dans ses choix.

Le trio offensif Briand-Bastos-Gomis a bien sûr eu beaucoup de mal à exister, privé de bons ballons et opposé à une défense de grande qualité (et un Ramos assez énorme dans l'axe). Mais c'est au milieu que le bât blesse : Gourcuff (en manque flagrant de rythme) et Fofana (encore tendre) n'ont pas existé, transparents de bout en bout. Jamais protégés ou soulagés par leurs milieux de terrain, les défenseurs Lyonnais ont pris le bouillon, avec un Lovren dépassé sur les 2ème et 4ème buts...

Le club de Jean-Michel Aulas a pu mesurer l'écart qui le séparait aujourd'hui de l'élite du football européen. Mais s'il veut accrocher les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, il va vite devoir se reprendre ; et ce dès le mercredi 2 novembre, à Lyon et face à l'ogre madrilène.