Dans l'actualité récente

Ligue des Champions : les clubs français sont-ils au niveau ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2011-10-20T09:47:00.000Z, mis à jour 2011-10-20T09:55:41.000Z

Lille, Lyon et Marseille ont tous perdu leurs matches de Ligue des Champions. Un zéro pointé pour les clubs français qui soulève certaines interrogations sur leur réel niveau.

La semaine des clubs français en Ligue des Champions s'est soldée par trois défaites en autant de matches et zéro but marqué, pour six encaissés. D'où la question, nos clubs sont-ils au niveau ?



Il convient d'abord d'évoquer les adversaires de la semaine. Et de constater qu'avec l'Inter Milan, le Real Madrid et Arsenal, les représentants français affrontaient une forte opposition. Sauf qu'à part le Real Madrid, a priori intouchable surtout à Santiago Bernabeu, l'Inter et Arsenal étaient des équipes mal en point et Lille et l'OM avaient l'avantage de jouer à domicile.



Au-delà de la force supposée de l'adversité, la déroute des clubs français peut donc trouver d'autres explications. L'expérience et le vécu en Ligue des Champions peuvent ainsi être invoqués. Lille pâtit depuis le début de la compétition d'une inexpérience flagrante à ce niveau, et l'OM, bien que plus habitué aux joutes européennes, n'a rien pu devant une équipe d'Arsenal systématiquement présente en 8e de finale depuis plusieurs années.


Si le zéro pointé des clubs français en Ligue des Champions cette semaine fait mal, il ne faut toutefois pas forcément dramatiser. En observant la situation avec un minimum de recul, l'OM compte 6 points dans son groupe et demeure en bonne position pour se qualifier. Lyon, avec 4 points, devrait également connaître un printemps européen en s'imposant à Gerland contre l'Ajax. Seul l'avenir de Lille (2 points) s'est réellement assombri.

Attendons donc avant de remettre en cause le niveau des clubs français, car il est fort probable que deux clubs sur trois se qualifient pour les 8e. Il n'empêche que ces oppositions face à des équipes italienne, espagnole et anglaise montrent que la Ligue 1 a encore une grosse marge de progression.