Dans l'actualité récente

Ligue des champions - FC Barcelone - PSG : La "Remontada", ce n'est pas la tasse de thé du Barça

Voir le site Téléfoot

2017 02 14T214121Z 130110081 MT1ACI14751754 RTRMADP 3 SOCCER CHAMPIONS PSG FCB
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2017-03-08T17:23:14.318Z, mis à jour 2017-03-09T13:20:58.778Z

Dans tous les esprits en Catalogne, au moment d’aborder le huitième de finale retour face au Paris Saint-Germain le concept de la "remontada" est devenu un serpent de mer en Espagne. Pour le Barça, les remontées improbables se comptent sur le doigt d’une main.

C’est la question à 1 milliard d’euros : le FC Barcelone va-t-il remonter son handicap face au Paris Saint-Germain ? Ecrabouillé lors du match aller (4-0) par une équipe parisienne, qui a frôlé le match parfait, le club catalan, amorphe, apathique et à côté de la plaque, a sauf improbable retournement de situation dit adieu à la Ligue des champions dès le match aller.

Le Barça, malgré le fait de disposer d’un des trios offensif les plus meurtriers de l’histoire du football moderne (Messi – Suarez – Neymar), est au pied d’une incroyable montagne, celle de réussir un pari qui deviendrait historique. Jamais une équipe ayant encaissé 4 buts d’écart lors d’un match aller de coupe d’Europe n’est parvenue à se qualifier au match retour. Si le Barça venait à se qualifier pour les quarts de finale, ce serait un tremblement de terre et une soirée historique. Et l’argument du "c’est le barça" n’aurait aucune valeur.

La "Remontada", c'est un état d'esprit

La mission impossible du Barça est toute simple : mettre 4 buts pour rattraper son rival parisien et aller en prolongation, en mettre cinq ou plus sans en encaisser ou en évitant que les buts à l’extérieur ne deviennent trop problématiques. Un 5-1 permettrait au PSG de passer par exemple, un 6-2 aussi. Un 7-2 profiterait au Barça. On parle ici de scores dignes de jeux vidéo face à un PSG qui est devenu un gros bonnet européen, aux portes d’en devenir un ténor.

Trois semaines après la débâcle, de l’eau a coulé sous les ponts pour le club catalan. Luis Enrique a annoncé son départ à la fin de la saison, avant de modifier son système tactique et de passer dans un 3-4-3 plus conforme à la forme du moment et aux profils de ses joueurs d’utilité (Rafinha, Sergi Roberto), et le FCB a sorti deux de ses meilleures prestations de la saison dans ce système la semaine dernière (succès 6/1 contre le Sporting Gijon et 5/0 contre le Celta Vigo). De quoi emballer toute une ville, qui a pris l'habitude d'y croire malgré les déconvenues corsées.

Fait historique, devenu concept de presse, et de supportérisme, la "Remontada" est plus devenue une blague de potache qu’une performance sportive à part entière. Elle fait vendre, fait croire à l’incroyable. Elle est surtout symptomatique de la culture européenne des clubs espagnols. Et la culture européenne, elle ne s'achète pas.



Les origines de la Remontada sont au Bernabeu

Popularisé par le Real Madrid de la "Quinta del Buitre" dans les années 1980, la "Remontada" a trouvé ses racines et son histoire chez le rival honni du Barça.

Entre 1984 et 1988 en Coupe d’Europe, le Real Madrid a retourné neuf fois la situation lors du match retour, toujours disputé dans son antre historique. Un record, qui perdure depuis.

Le retournement de situation le plus incroyable de l’histoire du club merengue restera la réception du Borussia Mönchengladbach en 16e de finale retour de Coupe UEFA. Etrillé 5/1 à l’aller, le Real en passera 4 aux  hommes de Jupp Heynckes, lors du match retour, grâce à deux doublés de Jorge Valdano (6e, 18e) et Carlos Santillana (77e, 90e).

La saison dernière, le Real Madrid avait mis fin à sa série de 8 éliminations consécutives en Ligue des champions en battant Wolfsburg 3-0, après s’être incliné 2-0 à l’aller. Sa seule défaite par trois buts d’écart - le 4-1 concédé sur la pelouse de Dortmund en 1/2 finale aller de l’édition 2012/2013 - le club merengue n’avait pas réussi à le surmonter.




La remontada, c'est dans l'ADN récent du Barça


Si la tâche est difficile pour le Real Madrid ces dernières années, elle l’est tout autant pour le FC Barcelone. Sur les 20 dernières années lors des rencontres à élimination directe en Ligue des champions, le club catalan n’a réussi à retourner la situation qu’à quatre reprises lorsqu’il a concédé la défaite à l’extérieur au match aller.

Le Barça a remonté sur cette période deux buts d’écart au maximum (face à Chelsea en 1999/2000 et face à l’AC Milan en 2012/2013). En remonter quatre, ce serait une première, mais avant tout un exploit.


Les "remontada" réussies du Barça en Ligue des champions depuis 20 ans


1999/2000 – 1/4 de finale : FC Barcelone – Chelsea (3-1, 5-1 a.p // défaite 1-3 à l’aller)


2001/2002 – 1/4 de finale : FC Barcelone – Panathinaïkos (3-1 // défaite 0-1 à l’aller)


2010/2011 – 1/8e de finale : FC Barcelone – Arsenal (3-1 // défaite 1-2 à l’aller)


2012/2013 – 1/8e de finale :  FC Barcelone – AC Milan (4-0 // défaite 0-2 à l’aller)


Les "remontada" historiques du FC Barcelone en Coupe d’Europe


Coupe des Coupes 1978/1979 – 1/8e de finale : FC Barcelone - Anderlecht (3-0 (4-1 tab // 0-3)


Coupe de clubs champions 1985/1986 –  1/2 finale : FC Barcelone - Göteborg (3-0 (5-4 tab) // défaite 0-3 à l’aller)


Coupe de clubs champions 1993/1994 –  1er tour : FC Barcelone – Dynamo Kiev (4-1 // défaite 1-3 à l’aller)


Ligue des champions 1999/2000 –  1/4 de finale : FC Barcelone – Chelsea (3-1, 5-1 a.p // défaite 1-3 à l’aller)


Ligue des champions 2012/2013 –  1/8e de finale :  FC Barcelone – AC Milan (4-0 // défaite 0-2 à l’aller)



RTR3EWJX