Ligue des champions : Penalty ou pas Pénalty ? [Vidéo]

Voir le site Téléfoot

RTX5MQJA
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2018-04-12T08:29:43.466Z, mis à jour 2018-04-12T08:32:22.654Z

Au terme d’un magnifique match au scénario invraisemblable, le Real accède aux 1/2 finales mais non sans polémique, le but de la qualification ayant été inscrit sur un pénalty loin de faire l’unanimité.

La victoire au match aller du Real Madrid (0-3) a donc suffi pour la qualification des doubles champions d’Europe en titre. Mais le déroulement de ce quart de finale retour a surpris beaucoup d’observateurs du football d’autant plus qu’il se conclue sur une exclusion, un pénalty et quelques polémiques.


Cette Juventus méritait une fin différente

Les champions d’Italie ont réalisé le match quasiment parfait. Buteur dans les premières minutes grâce à Mandzukic (0-1, 2e), la Vieille Dame est rentrée à la pause avec même deux buts d’avance toujours grâce au Croate et une nouvelle fois de la tête (0-2, 37e). Au cours d’une première période animée et plaisante la Juventus a plus que tenu tête au Real et laissait logiquement planer le doute sur l’issue de la rencontre. Les Merengue se sont crées des occasions mais Buffon face à Bale (10ème) Ronaldo (14ème) et Isco (34ème) ou la barre (tête de Varane dans les arrêts de jeu) repoussaient les assauts des hommes de Zinédine Zidane.

Au retour des vestiaires les changements de l’ancien numéro 10 des Bleus (Asensio et Lucas Vazquez aux places de Casemiro et Bale) donnaient plus de maitrise aux champions d’Europe en titre, mais la Juve ne fermait toujours pas le jeu. Son audace était récompensée suite à une faute de main de Keylor Navas dont profitait Matuidi (0-3, 61ème). Alors que la prolongation se dessinait l’arbitre sifflait un pénalty pour une faute de Benatia sur Lucas Vazquez. Buffon agacé par la décision était exclu par Monsieur Michael Oliver, laissant son remplaçant Szczesny face à Ronaldo. Mais le Portugais inscrivait le but qui qualifiait le Real (1-3, 90+8). Le niveau de jeu affiché par les Turinois à Santiago Bernabeu a été plaisant et loin de vouloir prendre parti pour les Bianconeri, la Juve aurait mérité une fin différente éloignée des polémiques.



De pénalty indiscutable à un arbitre sans cœur

En toute logique, les opinions sur l’existence d’une faute de Benatia ou non sur le numéro 17 madrilène divergeaient selon le camp où se trouvait l’interlocuteur. Lucas Vazquez, l’un des deux protagonistes de l’action décisive du match était convaincu de la légitimité du pénalty : « Alors que j’allais frapper, le défenseur arrive par derrière et me fait tomber. C’est incontestable. » Même son de cloche chez Marcelo « Je ne comprends pas les protestations de la Juventus. C’est clair qu’il arrive sur Lucas par derrière. » L’arrière latéral brésilien en profite pour tacler le Barça « Il ne pouvait pas nous arriver la même chose qu’au Barça parce que justement, nous sommes le Real Madrid. »


Par contre la colère et la désillusion étaient les sentiments les plus partagés côté turinois, à l'instar de Mehdi Benatia parlant même de « viol » « Tu ne peux pas siffler faute sur ce genre d’action. Je suis de plus en plus dégoûté de ce monde de football. Un arbitre ne peut pas se permettre de donner un pénalty comme ça à la 92ème. […] C’est un viol.» 

Giorgio Chiellini était à peine plus subtil « C’est le plus grand vol que j’ai subi dans ma carrière. C’est souvent pareil avec le Real Madrid. Le Bayern y est passé avant nous, maintenant c’est nous. Nous ne sommes pas les premiers, nous ne serons pas les derniers. » Quant à Buffon, exclu suite à la décision de l’arbitre pour contestation trop véhémente, il considérait que « cet arbitre n’avait pas de cœur, il a un sac poubelle à la place. »