Ligue des Champions : Pourquoi Monaco peut encore y croire...

Voir le site Téléfoot

2017 09 16T163205Z 1216189779 RC1BBAE6DCF0 RTRMADP 3 SOCCER FRANCE AMO STR
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2017-11-02T09:30:30.099Z, mis à jour 2017-11-02T09:45:53.183Z

Avec seulement 2 points en 4 matches, une qualification pour les huitièmes de finale semble compliquée pour l’ASM. Mais pas impossible en regardant de plus près le calendrier et le classement.

Se qualifier pour les huitièmes de finale avec aucune victoire lors des 4 premiers matches de poule doit être une chose rare en Ligue des Champions. Pourtant, mathématiquement l’AS Monaco, dernier de son groupe avec 2 points peut encore croire en une qualification. Mais il faudra un petit coup de main du Besiktas.


Gagner des deux derniers matches

Avec 4 points de retard sur le FC Porto, deuxième du groupe, l’ASM n’a plus le droit à l’erreur. Les Champions de France vont devoir faire un sans-faute pour croire aux huitièmes de finale. La condition sine qua non est de prendre 6 points lors des 2 dernières journées. 

Même si les plus attentifs auront noté qu’un nul contre le Leipzig puis un succès contre le FC Porto pourrait permettre au club de la Principauté d’être deuxième (si le Besiktas remportait aussi ses deux matches et que la différence de buts était favorable aux hommes de Jardim) trop de facteurs extérieurs rentrent en compte et rendent cette hypothèse fragile. Avant tout, Monaco doit s’imposer contre le RB Leipzig le 21 novembre et espérer dans le même temps un succès du Besiktas à domicile contre le FC Porto. Et chose non négligeable, les Monégasques devraient pouvoir compter sur Falcao, absent mercredi soir. Avec son meilleur buteur, l'ASM affiche aussi un tout autre visage sur le plan offensif.




Besiktas en roue libre ou qui joue le jeu ?

Car même si l’ASM parvient à s’imposer lors ses deux prochains matches, l’équipe n’a plus son destin entre ses mains. Pour la Ligue Europa, les coéquipiers de Thomas Lemar ne comptent que sur eux. Mais pour les huitièmes de finale de C1, ils doivent espérer un coup de main du Besiktas. Impériaux à domicile, les leaders d groupe recevront lors de la prochaine journée leur dauphin, le FC Porto.

En cas de succès turc combiné à une victoire monégasque, Monaco s’offrirait alors une finale à Porto avec seulement un point de retard sur les coéquipiers d’Iker Casillas. Certes, il y a beaucoup de « si » dans cette configuration. Mais en football, tout est possible, et ce point du nul décroché à Istanbul mercredi soir a peut-être une valeur bien plus importante qu’il n’y parait. Comme le disait Leonardo Jardim après le match, « J'y crois encore car ce n'est pas fini. »