Ligue des champions: le Real Madrid remporte sa Duodecima et entre davantage dans la légende

Voir le site Téléfoot

Le Real Madrid soulève la Ligue des champions 2017
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-06-03T21:41:33.584Z, mis à jour 2017-06-04T15:00:47.174Z

Historique Real Madrid ! En finale de la Ligue des champions, ce samedi 3 juin, les Merengue ont conquis leur 12e titre face à la Juventus (4-1). Cristiano Ronaldo a inscrit un doublé. Avec leur coach Zinedine Zidane, les Madrilènes conservent leur couronne, ce qu'aucun club n'avait fait depuis 27 ans.

Quel magnifique spectacle pour boucler en apothéose la saison 2016-2017 de football ! A Cardiff, la Juventus et le Real Madrid ont offert une finale digne de ce nom à cette campagne de la Ligue des champions. Et aussi courageuse et talentueuse soit-elle, la Vieille Dame n'a rien pu faire pour empêcher l'ogre espagnol de conquérir la coupe aux grandes oreilles pour la 12e fois (4-1).

Ronaldo bouscule la Juve

Pourtant, au terme des 45 premières minutes, la Juve semblait avoir un petit avantage. Très appliquée, accrocheuse, l'équipe italienne a pris d'entrée le Real à la gorge et s'est offert les premières occasions avec une tête et une frappe de Gonzalo Higuain (3e), puis une lourde frappe de Miralem Pjanic (6e), détournée par Keylor Navas. Le 3-4-3 turinois, bien en place, empoisonnait la machine madrilène.

Et puis... et puis, Cristiano Ronaldo. Toujours Cristiano Ronaldo. C'était la première vraie incursion du Real Madrid dans le camp de la Juve, et les champions d'Espagne ont fait mouche : décalage de CR7 pour Daniel Carvajal, remise du latéral dans l'axe et frappe du Portugais des 18 mètres, à l'entrée de la surface. Leonardo Bonucci déviait légèrement le cuir et le Real ouvrait le score (20e).

Le bijou de Mandzukic

Un peu contre le cours du jeu, les Madrilènes étaient alors devant. Mais la Juve, sûre de ses moyens, n'a pas baissé pavillon. Et cela a payé. Sur un centre d'Alex Sandro, Gonzalo Higuain remettait pour Mario Mandzukic dans la surface. Et là, le Croate a exécuté un splendide retourné acrobatique sur une jambe : sa frappe lobée du gauche a trompé Keylor Navas (27e). La Juventus égalisait et, en un mot, c'était somptueux.

Quand l'arbitre, M. Felix Brych, sifflait la pause, les spectateurs ne pouvaient qu'applaudir : cette finale tenait toutes ses promesses, entre deux géants décidés à l'emporter. Une finale alors délicieuse avec une Juve solide mentalement.

Casemiro et CR7 mettent la Juve à terre

La seconde période, par contre, a été quasi à sens unique : en faveur du Real. Bousculé tactiquement dans le premier acte, le club madrilène a repris ses esprits dès la 46e minute, et la Juventus a dû subir. Mais c'est sur un coup du sort que les Merengue ont repris l'avantage. A 30 mètres, Casemiro déclenchait une grosse frappe : Samo Khedira déviait le ballon, qui prenait alors un effet terrible et trompait Gianluigi Buffon, trop court sur sa droite (61e). Le Brésilien, habitué des buts spectaculaires, mettait groggy la Vieille Dame.

Et Cristiano Ronaldo s'est chargé de la mettre KO. Lancé par Carvajal, Luka Modric s'échappait côté droit et centrait au premier poteau : CR7 surgissait comme une bombe devant Bonucci et trompait une 3e fois "Gigi" Buffon (64e). Un scénario terrible pour la Juve, qui n'avait encaissé que 3 buts en C1 avant cette finale, tous sur coups de pied arrêtés... Ronaldo, lui, pouvait exploser sur la pelouse : il venait de permettre au Real Madrid de poser une main et quatre doigts sur le trophée.

Cuadrado expulsé, Buffon humilié

Avec ses deux buts d'avance, le Real était en position de force. Il lui restait à maîtriser son adversaire en faisant tourner le ballon. Les changements de Massimiliano Allegri (Juan Cuadrado à la place d'Andrea Barzagli, Claudio Marchisio à la place de Miralem Pjanic et Mario Lemina à la place de Paulo Dybala) n'ont rien changé. Zinedine Zidane, lui, a offert du temps de jeu à Gareth Bale (à la place de Karim Benzema), Marco Asensio (à la place d'Isco) et Alvaro Morata (à la place de Toni Kroos).

La Juventus passait plusieurs fois à côté d'un nouveau but encaissé. Dans les 10 dernières minutes, Alex Sandro et Mario Mandzukic ne trouvaient pas le cadre de la tête sur deux rares centres bien arrivés. Cuadrado, trop viril et victime aussi de la roublardise de Sergio Ramos, se faisait finalement expulsé (84e). La Juve déposait alors les armes. Finalement, Marcelo débordait une dernière fois et offrait le 4e but à Asensio (90e). Le calice jusqu'à la lie pour la Vieille Dame et Buffon...

Zidane et le Real, une légende incroyable

Au coup de sifflet final, le Real Madrid pouvait se lâcher. La voilà, la Undécima, la 12e Ligue des champions de l'histoire du club, comme en rêvait "Zizou" depuis déjà 14 ans. C'est très dure pour cette Juventus, magnifique mais impuissante contre une équipe madrilène dirigée d'une main de maître par Zinedine Zidane, entraîneur respecté et écouté par ses joueurs.

Il est le premier coach à conserver la C1 depuis Arrigo Sacchi en 1989 et 1990. Il offre aussi au Real son premier doublé Championnat/Ligue des champions depuis 1958. Le tout après seulement 18 mois dans le costume d'entraîneur. Galactique sur le terrain, "ZZ" est aussi grand en tant que tacticien. Le Real règne encore sur l'Europe. Jusqu'où ira-t-il avec son entraîneur sorcier ?