Lyon, l'impasse interdite

Voir le site Téléfoot

Lyon, l'impasse interdite
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-11-24T08:50:07.000Z, mis à jour 2009-11-24T08:50:07.000Z

Si l'Olympique Lyonnais est d'ores et déjà qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, il ne peut prendre son match face à la Fiorentina à la légère. Surtout après la prestation réalisée samedi à Grenoble (1-1). Les Rhodaniens doivent montrer autre chose.

Avant samedi, la dernière fois que l'on avait vu l'Olympique Lyonnais à l'œuvre, c'était face à l'Olympique de Marseille lors d'une rencontre que la Ligue 1 n'oubliera pas de sitôt (5-5). Voire même jamais. Samedi, pour son retour aux affaires après la trêve internationale, on n'a pas reconnu la troupe de Claude Puel, embarrassée et tenue en échec par Grenoble (1-1), vingtième de Ligue 1 avec désormais deux points au compteur. Au Stade des Alpes, le Lyon n'a pas rugi. Il s'est même fait grogner dessus durant l'essentiel de la partie, bousculé par des Isérois qui n'ont pas volé leur point. Menés au score contre le cours du jeu et réduits à dix, les Grenoblois ont réussi à revenir face à un OL à qui ce genre de mésaventures ne serait pas arrivé dans un passé plus ou moins proche.


"L'OL n'a sûrement pas fait ce qu'il fallait pour gagner. Il manquait un peu de tout. Il y avait trop de déchet technique et nous avons perdu souvent trop vite le ballon. C'est une rentrée difficile pour nous après une trêve internationale", avait expliqué Claude Puel samedi soir. Avant d'être soutenu par Kim Källström : "Il y a une explication très simple. C'est toujours difficile de reprendre après une trêve internationale mais cela fait partie du jeu." Certes. Ajoutez à cela que Lyon n'est jamais très inspiré lorsqu'il aborde une semaine de Ligue des Champions et que certains de ses joueurs étaient émoussés par les émotions internationales des jours précédents... Pour autant, toutes ces excuses n'ont pas lieu d'être.


Un problème de motivation ?


Samedi soir, l'OL a laissé comme une impression bizarre. Celle d'un club qui n'est pas totalement maitre de ses destinées ces derniers temps. A ceci près que, paradoxalement, le club de Jean-Michel Aulas est d'ores et déjà qualifié en 8e de finale de la Ligue des Champions. Allez comprendre... La Ligue des Champions, justement, fait son retour dans les têtes rhodaniennes. Ce soir, l'OL se déplace à Florence pour y défier la Fiorentina. En Toscane, les Lyonnais n'ont rien à perdre, ni grand chose à gagner, sinon d'assurer la première place qui, soit dit en passant, n'est pas toujours un gage de sécurité en vue des 8e de finale. Pourtant, ce Lyon-là n'a pas intérêt à faire l'impasse sur cette cinquième rencontre de C1. Ne serait-ce que pour se remettre dans le droit chemin et préparer la suite de la meilleure des manières. Ce ne serait pas du luxe pour une équipe qui, si elle tient en respect Liverpool, n'est pas capable de prendre plus de quatre points lors de cinq dernières journées de championnat.


Ces points, les Lyonnais les ont pris à Saint-Etienne (0-1) et face à Marseille (5-5). Contre des "rivaux". Alors les Lyonnais choisiraient-ils leurs matches ? On ne va pas l'assurer. Mais on peut imaginer que la motivation est plus facile à trouver face à l'ASSE que devant le GF38. Il faudra qu'il en soit de même mardi soir contre la Fiorentina. Il en va de la crédibilité de l'Olympique Lyonnais. Et peut-être même un peu plus.