Lyon, nouvel horizon

Voir le site Téléfoot

Lyon, nouvel horizon
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-09-15T07:11:05.000Z, mis à jour 2009-09-15T07:11:05.000Z

Sur le papier, Lyon semble le club français le moins mal loti dans ce premier tour. Dans le groupe E, les Gones seront opposés à Debrecen, à la Fiorentina et à Liverpool. Une grande première pour l'OL, qui n'avait encore jamais eu l'occasion de croiser le fer avec les Reds et va découvrir Anfield.

LIGUE DES CHAMPIONS - GROUPE E


Lyon, nouvel horizon

. LIVERPOOL FC
Pays: Angleterre
Entraineur: Rafael Benitez
Stade: Anfield (45.300)
Victoires C1: 5
Matches en Coupe d'Europe: 293


Jean-Michel Aulas voulait de l'inédit, il a été exaucé, puisque Lyon n'a encore jamais rencontré Liverpool dans son histoire européenne. De l'inédit, donc, mais pas une inconnue, car on ne présente plus le club de la Mersey et ses cinq sacres dans la plus prestigieuses des compétitions européennes. Après une longue éclipse, les Reds sont revenus au premier plan ces dernières saisons sous la houlette de Rafael Benitez, retrouvant un culte de la gagne oublié deux décennies durant. Vainqueur en 2005, finaliste en 2007, demi-finaliste en 2008, Liverpool est un des clubs les plus réguliers au plus haut niveau. Mené par les emblématiques Steven Gerrard et Jamie Carragher, et par l'attaquant espagnol Fernando Torres, l'effectif reste impressionnant. Puis il y a Anfield. Un temple, un mythe, qui n'a que rarement souri aux clubs français, puisque seul Marseille s'y est imposé. Reste que les Reds vivent un début de saison laborieux, avec déjà deux défaites en trois journées.


___________________________________________________________________________________________


Lyon, nouvel horizon

. FIORENTINA
Pays: Italie
Entraineur: Cesare Prandelli
Stade: Artemio Franchi (47 200)
Victoires en C1: 0
Matches en Coupe d'Europe: 138


Si Lyon n'a jamais affronté Liverpool et ne connait rien de Debrecen (voir ci-dessous), la Fiorentina n'a en revanche plus de secret pour le septuple champion de France. Les deux équipes figuraient déjà dans le même groupe au premier tour de la Ligue des champions la saison dernière. Accrochés à Gerland (2-2 après avoir été menés 2-0), les Gones s'étaient imposés à Florence au retour, une victoire décisive pour la qualification. A ce titre, l'OL aura un (tout) petit avantage psychologique sur la Viola. L'équipe toscane a peu changé, conservant ses principaux fers de lance, comme Gilardino, Mutu ou Frey, même si la perte de Felipe Melo est handicapante. Si elle ne possède ni le palmarès ni l'aura d'une Juventus ou d'un Milan AC, la Fiorentina fait partie des clubs qui comptent désormais en Italie et, peut-être, bientôt, en Europe. Mais il lui faut maintenant rallier les huitièmes de finale pour franchir un cap.


___________________________________________________________________________________________


Lyon, nouvel horizon

. DEBRECEN VSC
Pays: Hongrie
Entraîneur: András Herczeg
Stade: DVSC Stadium (7000)
Victoires en C1: 0
Matches en Coupe d'Europe: 26


Au même titre que l'Apoel Nicosie ou Urziceni, Debrecen fait figure de petit poucet dans cette Ligue des champions. Dans le chapeau 4, l'OL pouvait sans doute beaucoup plus mal tomber, avec un client comme Wolfsburg, voire le Standard. Debrecen, quatre fois champion ces cinq dernières saisons, fait la fierté du football hongrois, qui retrouve ce stade de la compétition pour la première fois depuis près de 15 ans, en succédant à Ferencvaros. La réforme voulue par Michel Platini, protégeant les clubs champions des "petits" pays lors des barrages, a porté ses fruits. Le président de l'UEFA s'est d'ailleurs dit "content" pour Debrecen jeudi à Monaco. Mais le plus dur commence pour les hommes d'András Herczeg, totalement inexpérimentés à ce niveau. Pour Lyon, ce sera l'inconnue, comme ce le fut en 2001 pour Bordeaux, premier et unique adversaire de Debrecen à ce jour.


___________________________________________________________________________________________


CE QUE LES LYONNAIS EN PENSENT


Jean-Michel Aulas: "C'est équilibré, on retrouve à nouveau la Fiorentina. Debrecen nous est inférieur sur le papier. Et on a un grand rendez-vous avec Liverpool, surtout pour notre public. On espère sortir des poules comme on en pris l'habitude".


Claude Puel: "Il y a des groupes plus faciles et d'autres plus difficiles. Je n'étais pas très en attente du tirage par principe car nous aurions pris ce qu'il y avait à prendre. Nous connaissons Liverpool car c'est un club qui tient le haut de l'affiche depuis plusieurs saisons et qui a gagné la compétition en 2007. Nous retrouvons la Fiorentina que nous avions affrontée la saison dernière. Nous nous étions qualifiés à leurs dépens et les Italiens seront revanchards. Enfin, je ne connais pas le football hongrois et Debrecen, un club qui participe pour la première fois et qu'il faudra très vite regarder".


Mathieu Bodmer: "C'est un groupe assez ouvert. Nous retrouvons la Fiorentina et nous affrontons Liverpool. Si Debrecen est là aussi, c'est que cette équipe a le niveau. A nous de tout faire pour sortir de ce groupe et il y a les moyens de le faire. Il y a des poules meilleures que d'autres. C'est un tirage correct et il y a de la place pour se qualifier. Affronter Liverpool reste quelque chose, il y a un stade mythique, les supporteurs, l'hymne. Il y a un côté particulier. C'est un club qui est souvent dans le dernier carré de l'épreuve. On est un petit peu content de ce tirage là".