"Lyon est redoutable"

Voir le site Téléfoot

'Lyon est redoutable'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-20T12:32:05.000Z, mis à jour 2010-04-20T12:32:05.000Z

Ancienne star au Bayern, passé à Lyon entre 2003 et 2005, Giovane Elber est bien placé pour parler de la confrontation entre les deux équipes en demi-finale aller de la Ligue des Champions, mercredi à Munich. Pour le Brésilien, qui travaille encore pour le FCB, "l'OL est extrêmement dangereux".

GIOVANE ELBER, avez-vous toujours des contacts avec Lyon ?


G.E. : Très peu. En fait, j'ai surtout gardé contact avec mon interprète, mais pas avec les joueurs.


Vous aviez réussi une bonne première saison à l'OL, avec 10 buts en 27 matches, avant de connaitre une deuxième saison beaucoup plus frustrante. Etait-ce lié à à votre entraineur, Paul le Guen ?


G.E. : Mon problème est d'avoir connu une grosse blessure lors de ma dernière saison. L'opération que j'ai subie à Lyon n'a pas été une réussite, et j'ai dû aller voir le docteur Müller-Wohlfarth à Munich pour une deuxième opération. Jusqu'ici, tout s'était bien passé à Lyon. On avait remporté le titre de champion de France et atteint les quarts de finale de la Ligue des Champions lors de ma première saison. C'est pour ça que je suis heureux de voir Lyon obtenir autant de succès. Le président Jean-Michel Aulas fait un excellent travail depuis des années.


Il y avait quand même des rumeurs au sujet de divergences entre vous et Paul le Guen. Etait-ce fondé ?


G.E. : Non, je n'ai eu aucun problème, que ce soit avec le coach ou avec l'encadrement. J'ai eu un souci avec le médecin de l'équipe. Je lui avais demandé si tout était clair après ma blessure, et il m'avait répondu qu'il n'y avait aucun problème et que tout allait bien se passer. Mais un médecin brésilien m'avait ensuite dit que quelque chose n'allait pas. Puis le docteur Müller-Wohlfarth m'avait confirmé que je ne pouvais pas jouer avec une cheville dans cet état-là. Alors il m'a opéré, et j'ai eu la chance de pouvoir rejouer. Mais j'avais des douleurs chroniques, et elles étaient vraiment trop fortes sur la fin. Et j'ai dû stopper ma carrière.


Quel effet cela vous avait-il fait de marquer le but vainqueur contre le Bayern Munich en 2003 ?


G.E. : Heureusement, ce n'était qu'un match de poules et cela n'a pas éliminé le Bayern. Sans quoi cela m'aurait touché. Jusqu'à ce but, je n'avais jamais marqué pour Lyon en Ligue des Champions à l'extérieur et c'est arrivé à Munich, contre mon ancienne équipe. C'était un grand moment, mais pas autant que d'entendre le public scander mon nom alors que le Bayern n'était pas encore sûr de se qualifier. C'était une belle expérience.


Lyon a beaucoup changé depuis que vous en êtes parti. Que pensez-vous de l'OL aujourd'hui ?


G.E. : C'est vrai. Aujourd'hui, Cris, Réveillère et Govou sont les seuls joueurs à être encore là. Govou connait bien le Bayern. En 2001, il avait marqué un doublé à Oliver Kahn, et de beaux buts en plus, et Lyon avait gagné 3-0. Bien sût, les joueurs ont changé mais le Bayern doit se méfier. J'ai vu tous les matches de Lyon en Ligue des Champions et je dois dire que c'est une équipe très intelligente. Elle sait ce qu'elle veut et elle sait ce qu'elle est capable de faire. L'OL est extrêmement dangereux, il peut marquer à chaque instant.


Lyon a deux buteurs, Gomis et Lisandro Lopez. Si le Bayern parvient à les museler, cela suffira-t-il pour passer ?


G.E. : Non ! Il faut prendre en compte l'ensemble de l'équipe. Même si Juninho est parti, même si Mario Basler était le seul à savoir tirer les coups francs aussi bien que lui, Lyon est toujours très fort au milieu. Le Bayern doit se présenter avec le même collectif que celui de la deuxième mi-temps face à Manchester United. C'est la voie du succès.


Le Bayern et Lyon se sont rencontrés six fois avec un bilan parfaitement équilibré. L'OL est-il un sérieux client ou un adversaire jouable pour le FCB ?


G.E. : C'est un adversaire redoutable. Le Bayern doit faire la différence à Munich. A Lyon, ce sera très difficile.


Van Bommel, le capitaine, et Badstuber sont suspendus pour le match aller. Sachant que la défense est le point faible du Bayer, quel est le poids de ces absences ?


G.E. : Martin Demichelis a été excellent, mais il s'est blessé depuis et n'est pas au top de sa forme. Mais j'espère que le Bayern va bien jouer en défense. Schweinsteiger, Ribéry et Robben seront chargés de l'animation offensive. Pour moi, l'absence de Van Bommel n'est pas si grave. En 2001, à Madrid, nous avons joué le match retour sans Stefan Effenberg et nous avons gagné. Mais ça finit toujours par se sentir quand le capitaine n'est pas là. Ça donne aussi une chance aux jeunes qui poussent derrière. A mon époque, cela avait sourit à Owen Hargreaves...